Pacte de responsabilité : Valls menace de "conditionner" les aides aux entreprises

Le Premier ministre Manuel Valls, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 8 février 2016 [PATRICK KOVARIK / AFP/Archives] Le Premier ministre Manuel Valls, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 8 février 2016 [PATRICK KOVARIK / AFP/Archives]

Le Premier ministre Manuel Valls a menacé lundi de "conditionner" les aides aux entreprises accordées dans le cadre du pacte de responsabilité, jugeant de nouveau que les engagements du patronat en matière d'emploi n'étaient "pas satisfaisants".

"Nous avons toujours dit que nous respecterions l'engagement financier" de 41 milliards d'euros au total du pacte de baisse du coût du travail en France, a déclaré le Premier ministre à l'issue d'une rencontre sur la mesure phare du quinquennat avec le patronat et les syndicats. "Mais comme cela a déjà a été parfois proposé, les aides peuvent être conditionnées, elles peuvent être réorientées vers d'autres entreprises, c'est cela que nous allons étudier", a-t-il dit.

A lire aussi : L'Etat veut simplifier les démarches administratives

"Il ne s'agit d'aucune menace, il s'agit seulement de faire en sorte que chacun assume ses responsabilités", principalement le patronat a déclaré M. Valls, avec sa ministre du travail Myriam El Khomri à son côté. "Nous avons fait ce suivi en termes de créations d'emploi. Et nous avons souligné avec la ministre que ça n'était pas satisfaisant, que les engagements n'étaient pas respectés", a-t-il critiqué.

Conditionner les aides serait "une erreur majeure", a réagi Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, après les déclarations du Premier ministre."Evidemment, il ne faut pas conditionner, et si on conditionne on va remettre par terre tout ce qui a été fait depuis deux ans", a-t-il dit à la presse.Une nouvelle évaluation des effets du pacte, lancé par François Hollande en janvier 2014, aura lieu "avant l'été", a également annoncé M. Valls.

Cette nouvelle réunion, une nouveau point d'étape, interviendra avant la remise d'un rapport d'évaluation préparé par France Stratégie, un organisme de réflexion rattaché à Matignon. Seules 16 branches sur les 50 principales ont pour l'heure signé des accords dans la foulée du pacte, et trois seulement prévoient des créations nettes d'emploi.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles