7 mai : bienheureuse et sainte Gisèle

Soeur de Charlemagne, Sainte Gisèle était abbesse du monastère de Chelles.[CC / BNF]

Le père de la bienheureuse Gisèle est prince de Bavière, son frère et sa belle-sœur, empereur et impératrice d’Allemagne, son époux roi de Hongrie. Son frère et sa belle-sœur seront canonisés, son époux aussi, son fils sera béatifié.

 

Gisèle est entourée de sainteté mais elle connaît de grandes souffrances. Son fils se tue dans un accident de chasse, son mari meurt sept ans après. Les puissants du royaume, païens, s’emparent du pouvoir, la destituent et l’enferment. Quand son neveu reprend le trône, il la libère. Elle décède en 1060.

Une autre Gisèle est fêtée ce même jour, sainte celle-là. Avec une aussi prestigieuse lignée. Fille de Pépin le Bref, sœur de Charlemagne, filleule du pape Etienne II, elle devint abbesse du monastère de Chelles. Elle y meurt en 810.

 

Conseil spirituel de Gisèle à son fils :

«Observez une conduite indulgente non seulement avec les parents et les princes, mais aussi à l’égard des étrangers et de tous ceux qui viendront à vous.»

Courte prière :

«Seigneur notre Dieu, affermis-nous dans la foi et grave dans nos cœurs ta loi d’amour.» (Liturgie luthérienne)

 

Ephéméride du 7 mai : 

En 1919, les cisterciens de Fontfroide exilés en Espagne arrivent à l’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa. Depuis 878, des moines vivaient en ce lieu. Au Xe siècle, le doge de Venise s’y retira avec Romuald, ermite, futur fondateur de l’ordre des Camaldules. La renommée de Cuxa grandira tandis que la vie monastique connut un relâchement de la Règle de saint Benoît. En 1790, il n’y restait que sept moines. L’abbaye fut vendue. En 1965, les cisterciens sont remplacés par les bénédictins de Montserrat. Ils ont célébré en 2008 le millénaire de l’élection d’Oliba, abbé de Cuxa, fondateur de Montserrat.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles