Zlatan Ibrahimovic est-il un buteur rentable pour le PSG ?

Zlatan Ibrahimovic.[FRANCK FIFE / AFP]

Le 18 juillet 2012, Zlatan Ibrahimovic quittait l’AC Milan et rejoignait le Paris Saint-Germain pour un transfert avoisinant les 20 millions d’euros. Un peu plus de trois mois après son arrivée dans le championnat de France, le géant suédois est déjà devenu incontournable dans la capitale. L’actuel meilleur buteur de Ligue 1 a déjà inscrit 12 buts en 12 matchs toutes compétitions confondues.

Le ratio but/match (statistiques arrêtées au 1er novembre) de Zlatan Ibrahimovic est exactement d’un but par match depuis le début de saison.

C’est mieux que Leo Messi (0,80) et au-dessus de la moyenne des actuels meilleurs buteurs des 5 grands championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Italie) située à 0,72.

A cette vitesse, l’ancien Milanais risque fort de terminer en fin de saison avec plus de 30 buts à son compteur.

Il pourrait bien même devenir le meilleur buteur de l’histoire du PSG sur une seule saison. A condition de dépasser la marque de référence établit en 1977-78 par l’Argentin Carlos Bianchi (42 buts).

Mais s’il y a un record qu’Ibrahimovic a peu de chance de faire tomber d’ici fin juin, c’est bien celui du retour sur investissement en terme de but (pas de marketing) pour un attaquant.

Car avec un salaire annuel brut de 12 millions d’euros pour 12 réalisations, la valeur actuelle d’un but de Zlatan est pour l’instant… d’1 million d’euros sans compter les rémunérations variables (primes de but, de comportement et de performance). Ça fait cher le but pour QSI (Qatar Sports Investments), propriétaire du club parisien.

Cette moyenne reste à relativiser puisqu’elle sera bien entendu amenée à baisser à chaque fois que le Suédois marquera au cours de cette saison.

 

Un bon buteur mais pas une bonne affaire

 

Pour autant, la comparaison avec d’autres attaquants en exercice est saisissante. Jackson Martinez, recruté par le FC Porto cet été au Mexique, a certes marqué jusque-là moins de buts qu’Ibrahimovic (8) mais il touche « seulement » 1,5 millions d’euros bruts par an.

Résultat, chaque but de l’international colombien a couté à son club 187.500 euros. Plus de 5 fois moins que Zlatan.

Le Bayern Munich a réalisé également une bonne affaire en embauchant au dernier mercato estival Mario Mandzukic, déjà auteur de 8 buts et payé 3,5 millions d’euros à l’année.

Citons enfin le club de Montpellier, bien plus malin que le PSG, qui pour 1,2 millions d’euros bruts annuels, était allé dénicher en 2010 à Tours Olivier Giroud.  

L’actuel Gunner avait marqué l’an passé 25 buts toutes compétitions confondues. Un chiffre qui faisait de lui à l’époque le deuxième meilleur buteur français de la saison 2011-2012 derrière Karim Benzema (32 buts) mais devant Franck Ribéry (12 buts).   

Vous aimerez aussi

Le capitaine du Liverpool FC, Steven Gerrard (à gauche), quitte Anfield Road à Liverpool après la cérémonie du souvenir pour le 25e anniversaire de la tragédie de Hillsborough le 15 avril 2014 [Paul Ellis / AFP]
foot Il y a 25 ans, la tragédie d'Hillsborough
L'attaquant français Nicolas Anelka retourne sur le banc après avoir été remplacé par un coéquipier alors qu'il évoluait à West Bromwich Albion, ici contre  Everton, le 20 janvier 2014 au stade des Hawthorns [ / AFP/Archives]
foot Brésil : en attendant "Godot" Anelka
L'attaquant de la Juventus Sebastian Giovinco communie avec les fans après avoir marqué un but contre l'Udinese, le 14 avril 2014 au stade Friuli à Udine [ / AFP]
foot La Juventus sans pitié contre Udinese 3-1

Ailleurs sur le web

Derniers articles