La FFF table sur un record de vente de maillots

Les ventes de maillots des Bleus, s'annonçant comme record, pourraient littéralement exploser en cas de victoire de l'Equipe de France face à la Croatie, en finale du mondial 2018. [GABRIEL BOUYS / AFP]

Le parcours exceptionnel des Bleus en Coupe du monde favorise le commerce de produits dérivés en tous genres et surtout des maillots. Au point que la Fédération française de football (FFF) s'attend à un record de vente.

Et si aucun chiffre n'est encore disponible en ce jour de finale France-Croatie, la FFF faisait état, trois jours plus tôt, de ventes de maillots et de produits Équipe de France «en hausse de 30 % par rapport à la même période à l'Euro 2016».

Un pourcentage, qui, en cas d'obtention d'une deuxième étoile de champions du monde, a bien sûr toutes les chances d'être largement revu à la hausse, et cela malgré le coût important que représente un maillot.

Car porter haut les couleurs de l'Équipe de France à en en effet un prix. Il faut ainsi débourser 140 euros en moyenne pour pouvoir revêtir le maillot officiel, auquel il faut rajouter 20 euros pour le flocage.

Nike se frotte les mains

Mais si France-Croatie constitue une belle affiche pour les fans de foot, elle fait surtout le bonheur d'une marque.

Avec la première finale 100 % Nike de son histoire, l'équipementier américain a en effet réussi son Mondial-2018, entre boom attendu des ventes de maillots français, et l'avènement de Kylian Mbappé comme nouvel ambassadeur superstar.

Présent dans le «soccer» (le nom que donnent les Américains au football européen, ndlr) depuis la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis, «c'est la première fois que nous avons une finale entièrement Nike, donc nous sommes tous très enthousiastes», a indiqué Elliott Hill, responsable de la division en charge des clients et des marchés de la marque américaine.

«Nous avons connu beaucoup de succès avec trois (France, Croatie, Angleterre) des quatre équipes en demi-finale et en ayant fourni 65 % de l'ensemble des crampons portés sur le terrain. Ce fut une énorme Coupe du Monde pour nous, non seulement du point de vue des équipes nationales, mais aussi du point de vue des athlètes», s'est-il félicité, sans toutefois, lui non plus, annoncer des chiffres de ventes.

Engagé avant le début de la compétition avec 10 sélections nationales, dont le Nigeria et son très prisé maillot «flashy», la marque américaine tient avec la France et la Croatie sa revanche sur son rival Adidas, qui équipait pourtant 12 des 32 équipes en lice dans la phase de poules du Mondial russe.

Sacré en 2014, Adidas a vu l'Allemagne, l'Espagne, et l'Argentine, ses trois têtes d'affiche, éliminées dès le premier tour ou les huitièmes de finale. Malgré le couac sportif de ses équipes, l'équipementier allemand avait annoncé dans la presse fin juin compter sur la vente de 8 millions de maillots dans le monde durant le tournoi, soit plus que lors du Mondial au Brésil en 2014.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles