Où en sont les Bleus ?, par Pierre Ménès

Antoine Griezmann et Kylian Mbappé font partie des certitudes. D’autres, comme Benjamin Pavard, déçoivent. Antoine Griezmann et Kylian Mbappé font partie des certitudes. D’autres, comme Benjamin Pavard, déçoivent.[Pierre Costabadie/Icon Sport]

Que retenir des deux matchs des Bleus ? C’est la question la plus basique qu’on est en droit de se poser. Mais Didier Deschamps se la pose-t-il ? Est-il vraiment en phase de réflexion vis-à-vis de son équipe, et même de son effectif ?

On peut légitimement penser que non, puisqu’à part Samuel Umtiti, remplacé par Presnel Kimpembe, l’équipe qui a péniblement battu l’Allemagne (2-1) était celle de la finale de la Coupe du monde. Dans l’esprit du sélectionneur, les vingt-trois de Russie ont gagné le droit d’être là. Pas pour l’éternité, bien sûr. «DD» sait mieux que quiconque que le maintien quasi intégral des champions du monde 1998 avait coûté cher en Corée du Sud et au Japon, en 2002. Mais cette équipe de France est jeune et a de l’avenir, à condition de garder son état d’esprit du Mondial.

Bref, de ne pas reproduire la première période assez lamentable contre la Mannschaft. Surtout sa première demi-heure, où les Allemands déchiraient avec beaucoup trop de facilité le milieu apathique de l’équipe de France et venait inquiéter une défense, où Benjamin Pavard et Presnel Kimpembe étaient hors du coup. En revanche, la seconde période fut bien plus convaincante en termes d’engagement, d’agressivité et de solidarité. On a retrouvé N’Golo Kanté et Antoine Griezmann a été décisif. Du coup, la France a battu, encore une fois, l’Allemagne et je suis, hélas, bien trop vieux pour en faire une banalité. 

Une équipe qui ne sait plus perdre

Maintenant, on a le droit de se poser des questions. Et Deschamps aussi. Mais la vraie question que je me pose est de savoir si Deschamps n’attend pas qu’une sélection naturelle se fasse. Où est-on en droit de se poser des questions ? Au poste d’arrière droit, où clairement Pavard vit sur son sublime but contre l’Argentine. Mais tôt ou tard le problème va se poser. En charnière, Kimpembe, si brillant avec le PSG, s’est totalement planté. Umtiti peut dormir tranquille, en attendant de récupérer de sa blessure.

Et puis, il y a toujours le cas Olivier Giroud, qui n’a pas marqué lors des deux rencontres. Même si j’ai apprécié son activité face aux Allemands, il n’est jamais dangereux et ne se crée pas d’occasions. Si Giroud est évidemment utile au jeu de l’équipe de France, la réciproque n’est malheureusement pas vraie pour lui. Il reste un homme de base du système très défensif de Deschamps, mais il n’est pas éternel non plus. Un Alexandre Lacazette ou un Wissam Ben Yedder mériteraient d’être incorporés dans le groupe. Mais Deschamps, qui n’a jamais beaucoup apprécié l’ancien lyonnais désormais Gunner, est têtu.

Mais il y a aussi des choses qui vont bien. Hugo Lloris, Raphaël Varane, Lucas Hernandez, éblouissants contre l’Allemagne, sans oublier N’Golo Kanté, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé. Cela fait déjà six certitudes, auxquelles on peut ajouter Paul Pogba, pas bien transcendant, mais certainement perturbé par sa guéguerre mancunienne avec José Mourinho. Maintenant, les Bleus sont très bien placés en Ligue des nations, et c’est l’essentiel. L’équipe de France semble ne plus savoir perdre. C’est déjà très bien. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles