Ligue 1 : Saint-Etienne accroché à Nîmes (1-1)

Resté muet depuis quatre matches, Nîmes a finalement retrouvé le chemin des filets[PASCAL GUYOT / AFP]

Saint-Etienne, qui menait depuis la première minute, est passé à côté de la victoire qui le fuit en championnat depuis le 28 septembre devant Monaco (2-0), sur le terrain de Nîmes (1-1) vendredi soir en ouverture de la 11e journée de Ligue 1.

Resté muet depuis quatre matches, Nîmes a finalement retrouvé le chemin des filets par son attaquant international marocain Rachid Alioui (74) lui permettant de revenir à la hauteur de Stéphanois alors bousculés après avoir pourtant cru longtemps pouvoir chiper un deuxième succès en dehors du Forez. Il est vrai que Saint-Etienne (6e), comme pressé d'en finir, a démarré fort. Sa première munition, une tête de Rémy Cabella (1), auteur sur ce coup-là de son quatrième but de la saison, a tout bonnement trouvé le chemin des filets de Paul Bernardoni et a cueilli Nîmes (14e) à froid. Du boulot vite fait, bien fait. 

Les Stéphanois auraient même pu doubler la mise sur une frappe de Wahbi Kharzi (10) servi par l'ancien Lorientais Kevin Monnet Paquet, mais repoussée sur sa ligne par Anthony Briançon. A partir d'un football vif, inspiré, et d'un bloc bien en place les Verts venaient de rater le break, mais ont continué à chahuter, par moments, une défense gardoise pas toujours sereine ou à son affaire en première mi-temps.

Et quand, les hommes de Bernard Blaquart poussés par un stade presque tout en rouge et rempli jusqu'à la gueule ont eu des occasions et les moyens d'inquiéter leur adversaire, ils sont tombés par trois fois avant la pause sur un Stéphane Ruffier impeccable pour éteindre dans ses gants une première frappe d'Anthony Briançon (9), mais surtout repousser deux frappes plein axe de Téji Savanier (19 et 37).

Un temps, ils n'ont d'ailleurs pas montré plus d'efficacité par la suite. Ni sur un une-deux entre Téji Savanier et Denis Bouanga se terminant par une frappe non cadrée par l'ancien Lorientais (56), ni sur un coup franc du milieu de terrain nîmois (59) ou sur une frappe croisée de Sada Thioub (63) repoussée par le gardien stéphanois. Bousculés, les Verts tenaient bon... Avant de connaître un bon petit coup de pouce au plus fort de la domination nîmoise quand Denis Bouanga, à la conclusion d'un bon une-deux avec Umut Bozok, a vu sa frappe repoussée par la transversale de Stéphane Ruffier (68). 

La récompense nîmoise viendra six minutes plus tard. Sur une passe en profondeur d'Umut Bozok pour Rachid Alioui (74) seul pour s'en aller défier victorieusement le gardien stéphanois

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles