Coupe Davis : Un sursaut pour Lucas Pouille ?

Lucas Pouille a connu une saison cauchemardesque. Lucas Pouille a connu une saison cauchemardesque.[Dave Winter/Icon Sport]

Il y a tout juste un an, Lucas Pouille avait été le héros tricolore en offrant à la France son dixième Saladier d’Argent. Ce week-end, le Nordiste ne serait sûrement pas contre l’idée de revêtir ce même costume en finale de la Coupe Davis face à la Croatie toujours au stade Pierre-Mauroy de Lille.

Dans l’espoir d’achever de belle manière une saison cauchemardesque. Malgré son élimination au 1er tour de l’Open d’Australie, tout avait pourtant pas trop mal commencé avec son titre à Montpellier puis ses finales à Marseille et à Dubaï. Des résultats qui lui ont ouvert les portes du Top 10 et qui auguraient un heureux présage.

Mais la machine s’est subitement enrayée et Pouille a connu un interminable enchaînement de contre-performance avec des éliminations prématurées et sans aucun coup d’éclat en Grand Chelem, ni en Masters 1 000.

«Ça a été très compliqué depuis le mois de mars. J’ai enchaîné des mauvaises défaites qui m’ont coûté de la confiance. C’est difficile de se sortir de cette spirale négative», a confié le joueur retombé au 32e rang mondial après sa défaite à Bercy, où il a été sorti d’entrée pour la dixième fois en 21 tournois cette année. Cette situation l’a poussé à se séparer de son entraîneur Emmanuel Planque, après six ans de collaboration.

Et elle est de nature à inquiéter avant de le voir se mesurer à Marin Cilic (7e) et Borja Coric (12e), alors qu’il n’a plus battu un joueur classé dans les douze premiers depuis plus de deux ans (Dominic Thiem en septembre 2016). «Pour espère gagner cette finale, on va devoir sortir notre meilleur tennis et des matchs parfaits tout au long du week-end», a-t-il indiqué. Ce qu’il n’a pas réussi à faire cette saison. Sauf en Coupe Davis avec trois victoires en autant de rencontres…

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles