Le XV de France inquiète plus que jamais à six mois de la Coupe du monde

Les Bleus n’ont aucune certitude avant le Mondial au Japon. Les Bleus n’ont aucune certitude avant le Mondial au Japon.[Dave Winter/Icon Sport]

En quatre ans, la situation a très peu évolué. Elle a même empiré. A tout juste six mois de la Coupe du monde au Japon, le XV de France est en pleine léthargie au sortir d’un tournoi des 6 Nations conclue à une piètre 4e place avec des succès contre l’Ecosse et en Italie.

Pas de quoi fanfaronner dans qui n’est pas sans rappeler 2015 quand les hommes de Philippe Saint-André avaient affiché un bilan identique dans la compétition avant de se faire laminer par la Nouvelle-Zélande en quart de finale du Mondial (62-13). Au regard de leurs performances et de leur niveau de jeu, les Bleus ne sont pas à l’abri de vivre pareille mésaventure. Voire pire. Dans un groupe composé de l’Angleterre, l’Argentine, les Etats-Unis et les Tonga, les coéquipiers de Guilhem Guirado n’ont aucune garantie de terminer à l’une des deux premières places qualificatives pour les quarts.

«Vu la composition de la poule, avec l’Angleterre et l’Argentine, deux prétendants déclarés au dernier carré, si le XV de France arrive à se qualifier en quarts de finale sera une réussite», a ainsi confié, hier, au Midi-Olympique, le président Bernard Laporte, qui pense à Fabien Galthié pour renfoncer le staff de Jacques Brunel et éviter un fiasco retentissant. «A mon sens, il faut apporter encore plus de compétences dans l’encadrement, a préconisé Laporte. Il faut amener d’autres idées et, à l’image des autres sélections, avoir une véritable addition de compétences. Je veux que Jacques (Brunel) mais aussi ses adjoints partagent ce constat. Cela doit venir d’eux. On va donc se voir cette semaine, pour évoquer tout cela entre nous.»

De son côté, malgré les nombreuses carences de son équipe et l’enchaînement de contre-performance depuis sa prise de fonction début 2018 (11 défaites, 5 victoires), le sélectionneur tricolore ne cède pas à la panique, même s’il a conscience des manques de son équipe. «On n’a pas fait des prestations rassurantes, décevantes même. On en est conscient», a-t-il affirmé avant de tirer un bilan plus que terne du Tournoi. «Ce Tournoi est une déception. On a été trop inconstants, quelques fois pas bons, mauvais. On a sans cesse alterné entre manque maîtrise et d’autres moments de fulgurances», a-t-il regretté. Ce constat ne l’empêche pas d’imaginer le XV de France montrer un tout autre visage au Japon. «On va avoir un temps beaucoup plus long pour se préparer, a rappelé Brunel. On va avoir du temps pour régler tous les détails où on n’a pas été bons.» Sauf que la liste est longue. Peut-être même trop longue…

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles