Aucun athlète russe aux JO 2020, plaide le patron de l'antidopage américain

L'entrée du siège du Comité olympique russe, le 23 novembre 2019 [Kirill KUDRYAVTSEV / AFP/Archives] L'entrée du siège du Comité olympique russe, le 23 novembre 2019 [Kirill KUDRYAVTSEV / AFP/Archives]

Le patron de l'antidopage américain Travis Tygart a appelé mardi l'Agence mondiale antidopage (AMA) à n'autoriser aucun athlète russe aux JO-2020, même sous bannière neutre, en raison des soupçons de falsifications de données pesant sur la Russie.

Un comité indépendant de l'AMA a recommandé lundi de suspendre la Russie de grandes compétitions comme les Jeux olympiques pendant quatre ans, tout en autorisant la participation sous drapeau neutre de sportifs russes «impliqués en aucune manière» dans des affaires de dopage.

Tygart juge cette recommandation «inadéquate» et juge que «l'AMA doit frapper plus fort et interdire la participation de tous les athlètes russes aux Jeux olympiques, comme le permet le règlement».

«Seule une telle réponse résolue a une chance d'attirer l'attention de la Russie, de changer les comportements et de protéger les athlètes propres d'aujourd'hui, qui vont concourir à Tokyo, ainsi que les futures générations d'athlètes en Russie qui méritent mieux qu'une réponse cynique, faible aux appels répétés du monde pour que la Russie répare ses fautes», a ajouté le patron de l'agence antidopage américaine (Usada), qui avait vivement critiqué la levée de suspension de l'agence antidopage russe (Rusada) l'an dernier.

Selon le comité de révision de la conformité (CRC) de l'AMA, la Russie aurait fait disparaître des «centaines» de résultats de contrôles antidopage suspects de ses fichiers transmis à l'AMA au début de l'année, alors que la remise de ces données était une condition indispensable pour lever de précédentes sanctions contre la Rusada, au coeur d'un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015.

Aux yeux du CRC, le cas est «extrêmement grave». Si le comité exécutif de l'AMA, qui se réunira le 9 décembre à Paris, confirme les mesures recommandées, la Russie sera purement et simplement mise au ban du sport international pendant quatre ans, avec exclusion des compétitions dont les Jeux olympiques.

Des sportifs ayant démontré «qu'ils ne sont impliqués en aucune manière» dans les affaires de dopage pourraient toutefois être admis, sous drapeau neutre, comme ce fut le cas aux JO d'hiver 2018 ou lors des compétitions internationales d'athlétisme depuis 2015.

«La Russie continue à se moquer des règles antidopage mondiales, à humilier les athlètes propres, à narguer l'AMA et à s'en tirer encore et encore», a tonné Tygart.

«Il est désormais temps de prononcer les sanctions les plus dures possibles» contre la Russie, a-t-il encore plaidé.

À suivre aussi

Thomas Bach, président du Comité international olympique, à l'issue d'une conférence de presse, à Lausanne, le 5 décembre 2019 [Fabrice COFFRINI / AFP/Archives]
Jeux Olympiques Menu de rentrée copieux pour le CIO
Dopage Haltérophilie: la fédération internationale accusée d'avoir mis en place un système de corruption
L'agence antidopage russe a annoncé son intention de contester les sanctions prises à l'encontre de la Russie [Alexander NEMENOV / AFP/Archives]
Sport L'antidopage russe conteste les sanctions contre la Russie

Ailleurs sur le web

Derniers articles