Twitter supprime les faux comptes, des célébrités perdent des millions de followers

Twitter a commencé à supprimer des millions de faux comptes alimentés par des robots. Twitter a commencé à supprimer des millions de faux comptes alimentés par des robots.[Nicolas Asfouri / AFP]

Pour regagner la confiance de ses utilisateurs, Twitter a décidé de supprimer les faux comptes alimentés par des robots. Résultats, des millions de followers en moins pour les «influenceurs».

La purge est sévère. Lancé jeudi 12 juillet, elle a déjà fait disparaître, 24 heures plus tard, des millions de profils bidons, créés à partir de photos volées, pour tweeter à échéances régulières le cours des cryptomonnaies, ou encore des contenus pornographiques.

Un grand nettoyage qui n'est pas passé inaperçu sur les comptes les plus populaires du réseau social. Ainsi, sur les dix profils les plus suivis au mois de mai, presque tous ont perdu un à deux millions de followers. Katy Perry est passé de 109,6 à 107 millions ; Justin Bieber, de 106,5 à 104 millions. Le compte de Barack Obama lui-même y a laissé des plumes, pour tomber à 101 millions de followers contre 102,6 précédemment.

Seul du membre du Top 10 à ne pas être concerné, le footballeur Cristiano Ronaldo se maintient à 73,5 millions - on peut supposer que la Coupe du monde lui a fait gagner en supporters ce que la purge lui a fait perdre en robots. 

Et le phénomène n'a pas touché que les célébrités : les comptes de nombreux médias et journalistes ont également été allégés d'une partie de leur public. «J'ai perdu plus de 3.000 followers et je me sens mieux dans mes vêtements», ironisait ainsi sur Twitter la chroniqueuse américaine Joan Walsh. 

Au-delà de la confiance des utilisateurs, c'est également celle des annonceurs que Twitter cherche à entretenir avec cette opération. De nombreuses marques paient en effet des stars des réseaux sociaux pour promouvoir leurs produits, en se basant sur le nombre de followers de ces influenceurs. Mais si une importante partie de ces derniers s'avèrent être des robots, le système se grippe.

Or, une enquête du New York Times, publiée en janvier dernier, avait révélé qu'une entreprise de Floride était à l'origine de 3,5 millions de faux comptes alimentés par des robots, vendus à plusieurs reprises à des milliers d'utilisateurs pour faire gonfler leurs cotes de popularité.   

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles