Microsoft va accompagner le service civique numérique

Les volontaires iront à la rencontre des 8-16 ans autour des grands enjeux du numérique. [© Microsoft]

Dès janvier 2019, 226 jeunes volontaires vont prendre part au programme d'Unis-Cité et de Microsoft dans le cadre du service civique numérique. Tous se rendront dans les établissements scolaires aux quatre coins du pays pour former les 8-16 ans aux grands enjeux liés aux technologies, à Internet et aux réseaux sociaux.

Le géant américain a présenté mardi 18 décembre son plan de soutien à cette démarche citoyenne qui permettra notamment aux plus jeunes de s'initier au code, d'en apprendre plus sur l'intelligence artificielle, d'adopter les bons réflexes en matière de sécurité informatique ou encore de découvrir les nouveaux et les futurs métiers du numérique.

Les interventions de ces volontaires prendront place dans le cadre scolaire ou périscolaire, durant des sessions d'une heure, avec pour ambition de former plus de 100.000 jeunes sur ces sujets, d'ici à 2020, et plus d'un million à l'horizon 2022.

13 millions de français éloignés du numérique

Surtout, ces intervenants cibleront principalement leur service dans les villes rurales et les établissements inscrits dans les réseaux d'éducation prioritaire. «La vraie fracture numérique est territoriale, à l'heure où on estime que 13 millions de Français sont encore éloignés du numérique, rappelle Corinne Caillaud, directrice des affaires publiques de Microsoft. Ainsi, 40 % des volontaires viennent de quartiers prioritaires et/ou de zone rurale. Nous avons aussi tenu à sensibiliser les filles, afin qu'elles s'intéressent elles aussi à ces métiers du numérique, traditionnellement davantage suivis par les garçons. D'ailleurs 56 % de nos volontaires sont des femmes et elles auront à cœur de susciter des vocations».

Et si ce service civique numérique doit donner les clés aux plus jeunes pour mieux comprendre le secteur et son avenir, celui-ci permettra aussi de prendre le pouls de la jeunesse française sur la question. «Un bilan sera dressé en prenant en compte les considérations des différents publics rencontrés sur le terrain. Les retours seront intéressants à suivre», conclut Corinne Caillaud.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles