Terragame : on a testé l'hyper réalité virtuelle et voici ce que ça va changer

Le thème du manoir hanté est ici revisité par la technologie. [© Terragame]

C'est le nouveau mot à la mode dans le secteur de la réalité virtuelle, l'Hyper VR préfigure ce que sera le divertissement de demain. Et cet avenir se montre déjà à Corbeil-Essonnes, où Terragame vient d'ouvrir la plus grande salle de France dédiée à ce type d'expérience.

(Faux) Fusil mitrailleur en mains, PC portable en forme de sac à dos accroché aux épaules et casque Oculus Rift S vissé sur le crâne, nous sommes partis à la chasse aux zombies dans un manoir hanté entièrement modélisé en 3D. Il suffit de baisser la visière de son casque sur le nez pour s'immerger dans un nouveau monde avec des sensations inédites pour les amateurs de jeux vidéo.

Car l'hyper réalité virtuelle promet d'éveiller les sens. Sols vibrants, ventilateurs pour imiter le souffle du vent, retour haptique du fusil à chaque coup de feu tiré et surtout interactions avec un décor et des objets bien réels, bienvenue dans ce nouveau type d'attractions. Un technologie rendue possible par l'intégration d'une myriade de capteurs chargés de détecter les déplacements des joueurs, afin de superposer (au centimètre près) les éléments virtuels, vus par les participants, au monde physique dans lequel ils se déplacent.

Sur 1.000 m2, Terragame entend faire vivre une nuit cauchemardesque à ses intrépides aventuriers. De quatre à dix joueurs peuvent faire équipe pour affronter des hordes de zombies et de fantômes lors d'une nuit de pleine lune qui tourne mal. La cohésion, un bon esprit d'équipe et un arsenal digne de Rambo seront les seuls remparts au Mal et, surtout, une question de survie durant la trentaine de minutes que dure cette mission.

Si les graphismes n'impressionneront pas les possesseurs de consoles de dernière génération ou d'un PC surarmé, cette expérience baptisée le Manoir des Damnés rappellera les grandes heures de Quake et ses héritiers, face à des ennemis sans pitié. On apprécie tout particulièrement l'idée de pouvoir bouger (enfin) dans un décor tout en conservant son casque VR et d'ouvrir des portes (à la fois virtuelles et réelles) angoissés à l'idée de savoir ce qu'on trouvera derrière. Il aurait été également intéressant de pouvroir se saisir de différents objets, comme une torche à l'image de la même expérience proposée par Terragame en Belgique. Sur ce point, les propriétaires de la salle rappellent que l'expérience est amenée à évoluer dans les prochains mois, tandis que d'autres jeux seront proposés.

Un concept en pleine croissance

Si Terragame propose d'ailleurs l'une des plus grandes salles au monde d'Hyper VR près de Paris, ce type d'attractions se multiplient sur notre territoire, à l'image d'Illucity et son Toyland. Surtout, le concept fait déjà fureur à l'étranger où des salles proposent des projets ambitieux, poussés par les studios hollywoodiens comme Disney. L'un des précurseurs dans ce domaine est The Void. Présent à Anaheim (Californie) ainsi qu'à Londres, cette salle qui devrait arriver en France en 2020 invite notamment à vivre une virée impressionnante dans la galaxie Star Wars comme en témoigne la vidéo ci-dessous.

D'ici là, Terragame et Illucity notamment prévoient de multiplier les salles dans l'Hexagone et de nombreuses grandes villes devraient avoir droit à leur expérience Hyper VR, à l'image des Laser Games.

Terragame, à Corbeil-Essonnes (Essonne), dès 12 ans, expérience Hyper VR à partir de 20 euros; 35 euros par personne pour le Manoir des Damnés (donnant droit à 30 minutes d'expériences VR supplémentaires).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles