Faut-il vraiment aspirer le venin d'une morsure de serpent ?

D'après l'OMS, cinq millions de personnes sont mordues chaque année par des serpents.[© V der Westhuizen/ HotSp/SIPA]

Dans les films d’aventures, on voit parfois le héros aspirer avec sa bouche le venin d’une morsure de serpent dont a été victime un autre personnage. 

Un geste qui, en réalité, s’avère contreproductif, voire dangereux. En agissant de la sorte, la pression artérielle de la personne augmente localement, si bien que le sang circule plus vite, favorisant la diffusion du poison dans son organisme. 

De plus, la bouche d’un humain contient de nombreuses bactéries, qui peuvent pénétrer dans la plaie lors du contact et l’infecter. Enfin, en aspirant du venin, le «sauveur» pourrait en avaler lui-même. 

Mieux vaut donc prévenir les secours et calmer la victime, pour faire baisser son rythme cardiaque et sa pression sanguine, réduisant ainsi la propagation du poison. D’autant que même les venins les plus puissants (hors choc allergique) ne tuent pas en quelques minutes.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles