Les 10 meilleurs mangas de 2018 à offrir pour Noël

[© 2008 YASUHIKO Yoshikazu © 2008 SOTSU SUNRISE / KADOKAWA SHOTEN]

Particulièrement riche en nouveautés, l'année 2018 a été marquée par l'arrivée de mangas que tout fan se doit de découvrir. CNEWS a sélectionné les incontournables à glisser sous le sapin.

Peleliu

peleliut_t2_c1_0.jpg

Nouvelle arrivée dans le milieu du manga en France, la maison d'éditions Vega a choisi de publier Peleliu, une œuvre poignante sur la réalité de la 2de Guerre Mondiale, vue du côté de l'océan Pacifique. Avec son trait naïf et pourtant étonnamment fouillé, Kazuyoshi Takeda relate l'enfer vécu par les troupes envoyées sur l'île de Peleliu, en septembre 1944. Un conflit que l'on découvre à travers le regard du soldat japonais de première classe Tamaru, qui nourrit l'espoir de raconter sa guerre en tant que futur mangaka. De cet admoniteur pacifiste dans l'âme et légèrement lâche, l'auteur donne à devenir le témoin de l'absurdité d'une opération militaire, où la vie de plusieurs milliers d'homme fut sacrifiée. L'Empire japonais, alors en pleine débâcle militaire, face à l'armée américaine, qui souhaitait assoir son autorité sur le Pacifique, s'étaient en effet confronté durant deux mois sur ce petit bout de terre. Au regard des deux premiers tomes édités, Peleliu s'affiche comme un manga à valeur historique et sans parti pris, si ce n'est celui d'être un appel à déposer les armes.

Peleliu, de Kazuyoshi Takeda, éd. Vega, tome 1 et 2 disponibles.

Mobile Suit Gundam - The Origin

gundam_origin.jpg

KIDOHSENSHI GUNDAM THE ORIGIN © 2008 YASUHIKO Yoshikazu © 2008 SOTSU SUNRISE / KADOKAWA SHOTEN

En septembre dernier, la publication du tome 24 de la série Gundam - The Origin a marqué la conclusion de cette saga épique que les mangavores les plus patients achètent depuis 2006 (!) en France. Douze ans plus tard, donc, le manga de Yoshikazu Yasuhiko tire sa révérence à travers plusieurs histoires courtes, mettant en scène les protagonistes de la série. Un volume hommage qui incite surtout à replonger ou à découvrir dans son ensemble cette série de méchas d'une intensité dramatique rare. Si on ne présente plus Gundam, l'un des pères des robots japonais depuis 1979, ce manga dérivé s'affiche comme un incontournable, afin d'apprécier ce héros mécanique de la culture japonaise. Portés par le trait prodigieux d'un Yasuhiko inspiré, Amuro Ray, Char Aznable ou sa sœur Seila trouvent un nouvel écho à leur odyssée spatiale. Passé relativement inaperçu en France, Mobile Suit Gundam - The Origin mérite pourtant d'être lu, tant pour apprécier la qualité de ses planches, que pour profiter d'une histoire intense. Sublime.

A noter, la série a été adaptée en animé sous forme de six OAV au Japon. Une box réunissant les quatre premiers épisodes a été éditée cette année en France chez @Anime.

Mobile Suit Gundam - The Origin, de Yoshikazu Yasuhiko, éd. Pika, 24 tomes (finis).

Barbara

barbara_tezuka.jpg

© 2005 by Tezuka Productions

Delcourt/Tonkam poursuit son travail de réédition des œuvres phares du maître Osamu Tezuka (1928-1989), dans le cadre du 90e anniversaire de sa naissance. Après L'Histoire des Trois Adolf et Ayako, dont nous vous parlions il y a quelques mois déjà, l'éditeur revient avec Barbara. Une œuvre forte de la période Gekiga (Drame pour adulte) de ce très prolifique auteur japonais. L'on y découvre le destin d'un célèbre écrivain tourmenté, Yosuke Mikura, qui trouve en une jeune femme alcoolique et sans abri, une nouvelle muse. Leur relation ambiguë se dilue dans une série de saynètes, où l'artiste se consume à petit feu avant de sombrer dans la folie, confondant fiction et réalité.

Publié entre 1973 et 1974 au Japon, Barbara s'affiche comme une œuvre charnière pour Tezuka, qui, tout en ayant créé les codes du manga moderne dès les années 1950, s'interroge sur l'avenir de ce média et, avec lui, celui de sa carrière. Si Barbara n'est pas autobiographique, il mérite toute l'attention des lecteurs de celui que l'on surnomme le Dieu du manga et qui n'a jamais usurpé son titre.

Barbara, d'Osamu Tezuka, éd. Delcourt/Tonkam, intégrale disponible.

Aposimz

c1_aposimz.jpg

NINGYO NO KUNI © 2017 Tsutomu Nihei / Kodansha Ltd.

Auteur dont la carrière a explosé à l'international, Tsutomu Nihei (futur invité d'honneur du festival international de la BD d'Augoulême en 2019) voit arriver en France, Aposimz chez Glénat. Son dernier manga qui renoue avec son sujet de prédilection : la survie de l'humanité dans un avenir lointain, très lointain. Après le succès de Knights of Sidonia (éd. Glénat), qui a eu l'honneur d'être adapté en série animée sur Netflix, le mangaka se relance dans un univers cassant les codes du Sentai (X-Or, Kamen Rider, Bioman). L'aventure prend place sur un astre artificiel, nommé Aposimz, où l'intrépide Esserrow se retrouve au cœur d'un conflit qui pourrait bouleverser l'ordre du monde et le pouvoir mis en place par l'Empire.

Sur des bases très classiques, Nihei appose le dynamisme de son trait impeccable, qui atteint ici encore des sommets. Surtout, l'auteur du très sombre et très encré Blame! (qui fait actuellement l'objet d'une sublime réédition Deluxe en librairies) offre ici des planches lumineuse et éblouissante, tout en nuances de gris. Son trait n'est d'ailleurs pas sans faire penser au célèbre Nausicaä de la Vallée du Vent, d'Hayao Miyazaki (toujours chez Glénat). Aposimz s'impose d'emblée comme un nouveau titre très prometteur pour cet auteur de génie.

Aposimz - La Planète des Marionnettes, de Tsutomu Nihei, éd. Glénat, tome 1 disponible.

Le Fleuve Shinano

fleuve_shinano.jpg

© 1973 by HIDEO OKAZAKI, KAZUO KAMIMURA

Constituant l'un des chefs d'œuvre de Kazuo Kamimura (1940-1986), le Fleuve Shinano profite cette année d'une réédition bienvenue dans le cadre de la collection que Kana développe autour de cet auteur de renom. Scénarisé par Hideo Okazaki, ce seinen d'une poésie visuelle époustouflante conte la vie tourmentée de Yukie. Venue au monde au bord du fleuve Shinano, le plus long du pays du Soleil-Levant et considéré par certains comme maudit, elle grandira en traversant la douloureuse épreuve d'être née femme dans le Japon des années 1930. Abandonnée par sa mère et élevée par un père incestueux, Yukie apprendra l'amour et la séduction, comme seules armes capables de faire souffrir les hommes qui croiseront sa vie. Etalé sur 720 pages intenses et éprouvantes, le destin de cette femme fatale n'est pas sans rappeler d'autres œuvres fortes de Kazuo Kamimura (Lorsque nous vivions ensemble, Le club des divorcés ou Maria).

Le Fleuve Shinano, de Kazuo Kamimura (dessins) et Hideo Okazaki (scénario), éd. Kana, intégrale disponible.

Noise

Avec Noise, les éditions Ki-oon renouent avec leur auteur fétiche Tetsuya Tsutsui. L'homme derrière les excellents Manhole, Poison City et Prophecy n'abandonne pas son intérêt pour le thriller, mais s'échappe un temps des tourments citadins et de la société hyperconnectée pour s'intéresser à la campagne nippone. Victime de l'exode rural, le pays voit en effet ses petits villages verdoyants se vider. Un constat sur lequel l'auteur rebondit pour installer son récit dans un hameau où le succès d'un jeune cultivateur de figues attire les médias et un étrange individu... Sur fond de meurtre et de soupçons, Tetsuya Tsutsui dépeint, dans ce premier tome, les prémices d'une enquête palpitante où les monstres ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Surtout, le mangaka a l'intelligence d'ancrer son récit dans l'actualité, offrant par là-même une critique au vitriole de son pays. Un manga noir porté par une tension narrative, autour d'une intrigue qui s'annonce passionnante.

Noise, de Tetsuya Tsutsui, éd. Ki-oon, tome 1 disponible.

Les montagnes hallucinées

les_montagnes_hallucinees_0.jpg

© Tanabe Gou 2016 & 2017 Kadokawa Corporation

Dans le cadre d'une nouvelle collection consacré au maître de l'horreur Lovecraft, Ki-oon publie le passionnant : Les Montagnes Hallucinées - en deux volumes-. Une nouvelle éditée pour la première fois en 1936. Celle-ci narre la virée cauchemardesque d’une expédition scientifique au cœur de l'Antarctique en 1931. Un continent alors encore largement inexploré et qui se révèle hanté par les restes d’une civilisation à la fois prodigieuse et dépassant l’entendement humain.

Au crayon, le mangaka Gou Tanabe compose des planches froides, propres à glacer le sang, et s’évertue à appuyer les regards tantôt fascinés, tantôt horrifiés par l’indicible. Loin des classiques traits nippons, ce seinen (drame pour adultes) penche d’ailleurs du côté de la BD Franco-Belge avec une maîtrise respectueuse de l’œuvre dont elle s’inspire. Un travail à saluer, tant Lovecraft appartient à ces maîtres aujourd’hui intouchables du genre littéraire horrifique qu’il a contribué à populariser.

Les Montagnes Hallucinées, de Gou Tanabe, d'après H. P. Lovecraft, éd. Ki-oon, tome 1 disponible.

Fool's Paradise

fools_paradise.jpg

© Misao Niniyamu/Kodansha Ltd.

Dans un Japon dystopique où la criminalité serait régulée d'une nouvelle manière, les autorités ont développé un nouveau programme garantissant un taux de récidive de 0 %. Toutefois, de nombreuses questions sont soulevées et un attentat commis contre la superstar Sela Hiiragi remet en cause ce modèle, surtout lorsque tout un pays se révèle complètement passionné (jusqu'à l'hystérie) par cette idole...

C'est sur ce postulat que commence Fool's Paradise, nouveau manga de Ninjyamu Misao, qui laisse entrevoir une intrigue machiavélique complexe et passionnante. Au fil de cases choc, le premier volume de cette série, finie en quatre tomes, s'affiche comme un thriller haletant et réfléchi, où les apparences sont souvent trompeuses. Une très bonne pioche à découvrir d'urgence chez Kana et dont on a hâte de lire la suite.

Fool's Paradise, Ninjyamu Misao, éd. Kana, tome 1 disponible (tome 2 le 7 décembre).

Edens Zero

A peine Fairy Tail conclut, Hiro Mashima s’attèle au lancement d’un nouveau shônen ambitieux : Edens Zero. Le mangaka nous plonge ici dans l’univers loufoque, et peuplé d’aventures, d’un parc d’attraction gigantesque dont la particularité est d’être entièrement géré par des robots. Dans ce lieu 100 % mécanique se niche pourtant un humain prénommé Shiki Granbell. Sauvage et étrange, il se liera d’amitié avec la jeune Rebecca, une aventurière en quête de lieux exotiques à découvrir. De leur rencontre fortuite naîtra une odyssée qui les amènera s'intéresser au sort de l’univers. Rien que ça.

A la lecture de ce premier tome, on pense inexorablement à Dragon Ball, avec un Shiki en Son Goku ingénu et une Rebecca en Bulma téméraire. Hiro Mashima propose toutefois un bel hommage aux héros de son enfance en proposant une histoire au rythme enlevé, qui coche ici toutes les cases du shônen efficace, appuyé par un dessin amusant.

Edens Zero, de Hiro Mashima, éd. Pika, tome 1 disponible.

Battle Game in 5 Seconds

Cinq secondes, c'est le temps imparti aux participants d'un mystérieux jeu macabre, pour analyser les compétences et la stratégie de son adversaire. Cinq petites secondes, pas plus, pour mettre sa vie dans la balance. Manga attendu par les fans de Battle Royale, genre très populaire à l'heure de PUBG et Fortnite, Battle Game in 5 Seconds arrive en France chez Doki Doki avec l'assurance de séduire son public.

Kashiwa Miyako use son talent sur le papier dessin et Saizou Haratawa de sa plume à l'écriture de ce shônen bourré d'action. A travers le regard d'Akira, un adolescent fan de jeux vidéo et doué d'un pouvoir surprenant, le scénario donne à plonger dans un univers de combats dantesques, tandis que ce héros singulier tentera de faire tomber l'organisation qui se cache derrière ce jeu morbide. Profitant d'une base solide et d'une histoire a priori bien ficelée, Battle Game in 5 Seconds est l'une des bonnes surprises de l'année.

Battle Game in 5 Seconds, de Kashiwa Miyako (dessins) et Saizou Harawata (scénario), éd. Doki Doki, tome 1 et 2 disponbiles.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles