L'avenir du mouvement des routiers en suspens

La situation devrait évoluer au fil de la journée, les routiers poursuivant leur mouvement ce mardi. [Thomas Samson / AFP]

Les routiers CGT et FO ont mis fin à la quasi-totalité de leurs actions contre la réforme du Code du travail mardi après-midi, le mouvement semblant dans l'attente d'une rencontre programmée jeudi avec la ministre des Transports, Élisabeth Borne.

"La totalité des dépôts de carburants sont libres d'accès" et "l'approvisionnement des stations-service continue d'être assuré normalement", a indiqué le ministère des Transports à l'AFP. Le barrage filtrant mis en place sur l'A26 au péage de Saint-Omer (Pas-de-Calais), dernière action d'envergure avec "650 camions" immobilisés selon la CGT, a pris fin en milieu d'après-midi, d'après la préfecture.

Dès l'aube, des opérations avaient été entreprises dans le Nord, en Bretagne, Normandie, Auvergne, Loire-Atlantique et PACA, mais certaines ont rapidement pris fin avec l'intervention des forces de l'ordre, comme à Rouen et Rennes. C'est dans ce contexte que l'ensemble des syndicats du secteur (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) ont été reçus, à la mi-journée, par des représentants du ministère des Transports à Paris, au deuxième jour de leur mobilisation.

"On nous a promis des réponses, on va les attendre en maintenant la pression" d'ici la table-ronde prévue jeudi entre la ministre Élisabeth Borne et les organisations syndicales et patronales, a déclaré à sa sortie Jérôme Vérité, secrétaire général de la CGT-Transports.S'il s'est montré favorable à une poursuite du mouvement, il a toutefois précisé qu'une décision serait prise "ce (mardi) soir" en fonction des remontées du "terrain".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles