Qu’est-ce que l’endométriose, qui touche une femme sur dix ?

L'endométriose touche une femme sur dix. [Ale Ventura / AltoPress / AFP]

Pour beaucoup de femmes, souffrir pendant les règles est un symptôme «normal». Mais cela peut aussi être lié à une maladie que l’on nomme l’endométriose, qui touche une femme sur dix.

La maladie

Tous les mois, au moment des règles, dans l’utérus des femmes, une muqueuse se forme sur les parois, c'est l’endomètre. Lorsqu’il n’y a pas fécondation, l’endomètre s’évacue par le vagin, c’est de là que proviennent les règles.

Mais pour celles qui souffrent d’endométriose, au moment des règles, l’endomètre ne s’évacue pas seulement par le vagin mais remonte, dans le sens inverse et une partie de l’endomètre se développe dans les trompes.

Les symptômes

Pendant les règles, celles qui souffrent de l’endométriose subissent des douleurs parfois très aiguës. Les patientes peuvent aussi souffrir dans d’autres circonstances, lors de rapports sexuels, au moment de la défécation ou de la miction. Dans certains cas, l’endomètre peut atteindre d’autres organes : les ovaires, la vessie ou le colon. L’endométriose se manifeste aussi par la fatigue.

Pour beaucoup de femmes, la douleur est un lourd handicap sur leur quotidien. Selon oz2020, 70% des patientes déclarent ressentir des douleurs invalidantes, 30% voient leurs activités habituelles perturbées par la maladie.

La maladie peut aussi être asymptomatique et est ainsi découverte lorsque la patiente consulte un médecin et qu’elle a des difficultés à concevoir un enfant. 30% à 40% des femmes qui ne peuvent pas avoir de bébé souffrent d’endométriose, selon EndoFrance.

Les traitements

Le choix du traitement dépend des symptômes dont la patiente souffre et son désir de grossesse, selon Doctissimo. Certains médicaments peuvent apaiser la douleur comme des anti-inflammatoires ou des antalgiques. Lorsque les traitements hormonaux sont inefficaces, l’opération chirurgicale peut être envisagée. Elle a pour objectif de détruire les lésions.

Mais le risque de récidive est important. Selon le Dr Sauvanet interrogé par Top Santé «Il y a environ 10% de récidive par an. Autrement dit, au bout de 10 ans, 100% des femmes opérées auront récidivé».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles