Affaire Ramadan : Henda Ayari se dit «insultée, menacée, suivie»

Henda Ayari est la seule plaignante à témoigner publiquement, à visage découvert, contre Tariq Ramadan. [JOEL SAGET / AFP]

Henda Ayari, la militante féministe qui accuse Tariq Ramadan de vol et d’agressions sexuelles, dit être victime de menaces et d’insultes depuis le dépôt de sa plainte, le 20 octobre dernier.

«Ca continue, et c’est de plus en plus violent. Je suis très inquiète par rapport à ces menaces. Ce ne sont pas que des insultes, ce sont aussi des passages à l’acte», confie la plaignante au micro d’Europe 1 ce mardi 10 avril.

Outre les insultes, Henda Ayari précise ainsi avoir été suivie et même agressée dans le métro par un homme qui lui a «craché dessus». Sa voiture a également été vandalisée.

Affirmant craindre pour sa sécurité, la première accusatrice de Tariq Ramadan explique être contrainte de «porter un chapeau ou une casquette». Elle déplore également ne pas être prise au sérieux par les autorités : «j’ai parlé de mes inquiétudes à des policiers. D’ailleurs, lorsque je les ai contactés il y a quelques semaines pour les prévenir que j’allais participer à la marche à la mémoire de Mireille Knoll, mais ils ne m’ont jamais rappelé, ne m’ont pas répondu».

Le 24 octobre dernier, quelques jours après avoir déposé plainte contre Tariq Ramadan, la militante féministe avait déjà expliqué être victime d’une «campagne de lynchage public sur les réseaux sociaux», évoquant alors des «messages violents» et des «propos dégradants».

Tariq Ramadan est visé par trois plainte pour viols. Henda Ayari est la première femme à avoir déposé plainte. Elle est également la seule plaignante à témoigner à visage découvert.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles