L'Unicef veut miner des cryptomonnaies pour financer ses activités

«Nous voulions tirer parti des nouvelles technologies émergentes pour sensibiliser aux crises humanitaires», explique une responsable d'Unicef. «Nous voulions tirer parti des nouvelles technologies émergentes pour sensibiliser aux crises humanitaires», explique une responsable d'Unicef. [© ASHRAF SHAZLY / AFP]

L'humanitaire version Bitcoin. En quête de moyens alternatifs pour financer ses actions, Unicef Australie vient de lancer une campagne de levée de fonds en cryptomonnaies.

Au mois de février, l'antenne de l'ONU avait lancé l'opération «Game Chaingers» et invité les gamers à utiliser leurs cartes graphiques pour miner de l'Ethereum, une cryptomonnaie. Un dispositif qui permettait à cet organisme de générer des revenus destinés à aider les enfants en Syrie.

Aujourd'hui, l'Unicef Australie reprend le même principe, mais avec la cryptomonnaie Monero, selon le site itnews. «Il existe aujourd’hui plusieurs dizaines de crypto-monnaies dans le monde et certains d’entre elles sont "minées" grâce à la puissance de calcul des cartes graphiques des ordinateurs», explique l'organisme.

Sensibiliser aux crises humanitaires

Le principe repose sur l'absence de transaction : tout ce que l'internaute doit faire, c'est ouvrir une page Web quand il est en ligne. Il doit ainsi se rendre sur le site The HopePage, laisser la page ouverte et sélectionner la puissance de calcul qu'il souhaite autoriser (entre 20 et 80 %), équivalent à l'argent virtuel qu'il souhaite donner.

«Nous voulions tirer parti des nouvelles technologies émergentes pour sensibiliser aux crises humanitaires actuelles et lever des fonds pour soutenir les enfants qui y sont pris», explique Jennifer Tierney, responsable des levées de fonds et de la communication chez UNICEF Australie, citée par Mashable.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles