Tout savoir sur le réaménagement de l'Hôtel de la Marine

Un grand lustre numérique en forme d'anneau, affichant la programmation culturelle en cours, sera installé dans cour de l'Intendant [© Moatti-Rivière - CMN].

Plus qu’une reconversion, c’est une véritable métamorphose. Siège de l’état-major de la Marine de 1789 à 2015, l’Hôtel de la Marine (Paris 8e) fait depuis un an l’objet d’une intense restauration.

Avant cela, seule une ouverture exceptionnelle de deux jours, les 2 et 3  janvier 2016, avait permis aux Parisiens et aux touristes, venus en très grand nombre, d'admirer la splendeur et la vue vertigineuse des lieux donnant sur toute la capitale.  

Aujourd'hui, alors que les travaux ont commencé, le Centre des monuments nationaux (CMN), en charge du monument, a donné, ce mercredi 23 mai, une conférence de presse pour préciser leur avancée et la future attribution des 12.700 mètres carrés de locaux. 

Une grande partie accessible au public

Une grande partie du bâtiment (6.200 m2) sera ainsi ouverte au public au début de l'année 2020 entre le rez-de-chaussée, l'entresol et le premier étage.

Un espace d’accueil sera installé dans la cour de l’Intendant, au rez-de-chaussée, laquelle sera surplombée d’une verrière transparente ainsi que d’un grand lustre numérique en forme d'anneau affichant la programmation culturelle en cours.

8-verriere_de_la_cour_de_lintendant_c_christophe_bottineau_-_hugh_dutton_associes_-_centre_des_monuments_nationaux.jpg

[Verrière de la cour de l’intendant © Christophe Bottineau / CMN]

Outre une librairie, des boutiques et un restaurant, accessibles librement, trois visites, dont le tarif reste à définir, seront proposées : un circuit donnant accès aux salons d’apparat (XIXe siècle), un parcours immersif dans le XVIIIe siècle et une visite de l’ancienne galerie des tapisseries du Garde-meuble. L’objectif est d’attirer quelque 600.000 visiteurs par an. 

Oeuvre du talentueux architecte et scénographe Alain Moatti, connu pour avoir réhabilité le 1er étage de la Tour Eiffel, un jardin lumineux constitué de leds, lui aussi en accès libre, sera en outre aménagé dans la cour d’honneur.

Cette dernière, ses galeries et porches, pourront ainsi être traversés depuis la rue Royale ou la place de la Concorde, permettant de recréer une nouvelle circulation dans le quartier.

dm_img_paysage_avant_crop_9-cour_dhonneur_c_moatti-riviere_-_centre_des_monuments_nationaux_0.jpg

[Cour d’honneur © Moatti-Rivière - Centre des monuments nationaux]

La mémoire du lieu préservée

Le siège de la présidence de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, dont la création a été annoncée en avril 2018 par Emmanuel Macron, sera bien logé à l’Hôtel de la Marine, où l’abolition de l’esclavage fut décrétée le 27 avril 1848.

Mais le monument abritera également des locaux de l’Académie de Marine, établissement public sous la tutelle du ministre de la Défense.

Cette dernière exerce des activités d’ordre scientifique, culturel et administratif concernant l’ensemble des questions maritimes.

Le reste des bâtiments (deuxième et troisième étage essentiellement) seront loués à des bureaux. Ils bénéficieront d'un circuit totalement autonome avec une entrée réservée au 4 de la rue Royale.

Un projet valorisé à 130 millions d'euros

Le projet dispose d'un budget de 130 millions d’euros, dont 80 millions seront financés par emprunt, a indiqué Philippe Bélaval, président du CMN.

Un prêt que le CMN sera en mesure de rembourser grâce à la commercialisation des espaces de bureaux, a-t-il ajouté.

Si l'objectif de fréquentation fixé à 600.000 visiteurs est atteint, l'exploitation de ce monument classé sera positive, a-t-il ajouté, confirmant par ailleurs que le bâtiment restera intégralement la propriété de l'Etat.

Enfin, et bien que vivement contestées, les recettes publicitaires générées par les bâches apposées à la façade de l'édifice permettront tout de même de générer 8 millions d'euros, sur 13 mois. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles