Bientôt une application pour détecter les tumeurs cérébrales ?

IRM dite classique d'un cerveau atteint d'une tumeur (photo d'illustration). IRM dite classique d'un cerveau atteint d'une tumeur (photo d'illustration). [© capture Youtube DominiqueCazin]

La radiologie du futur ? Des chercheurs français ont récemment développé un logiciel capable de repérer et diagnostiquer différentes tumeurs cérébrales par analyse d'images d'IRM.

Main dans la main, des spécialistes de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) ont combiné plusieurs outils mathématiques innovants pour apprendre à un programme informatique à analyser ce que produit une IRM (Imagerie par résonance magnétique).

Une IRM fournit en effet des images très détaillées du cerveau, dites «quantitatives» – c'est-à-dire qui cartographient chacune un paramètre mesurable du cerveau, comme le diamètre des vaisseaux ou le débit sanguin.

«Lors de l'analyse des tumeurs cérébrales, deux tâches sont intrinsèquement liées : la localisation spatiale et la caractérisation physiologique des tissus abîmés», précise l'étude. Dans un premier temps, donc, le logiciel a appris à identifier les caractéristiques d'un cerveau sain.

Plus de 90 % de diagnostics corrects

Confronté ensuite à des images de cerveaux atteints de cancer, il est ainsi devenu capable de localiser automatiquement les régions dont les caractéristiques divergent de celles des tissus en bonne santé et d'en extraire les particularités. Capable d'associer telle image de cerveau malade à tel diagnostic, l'intelligence artificielle fait ensuite le reste en répertoriant les différents types de tumeurs.

capture_decran_2018-06-18_a_12.53.14_0_0.png

IRM d'un cerveau d'homme atteint d'une tumeur : en gris des IRM classiques, en couleur des IRM quantitatives © Emmanuel Barbier – Inserm/Inria

Dans son communiqué daté du 11 juin dernier, l'Inserm a fait part des conclusions de cette étude. Des résultats de haute fiabilité, avec 100 % de localisations exactes et plus de 90 % de diagnostics corrects du type de tumeurs, résume la revue IEEE-TMI, où ont été publiées les recherches.

Si la méthode est, pour l'heure, cantonnée aux tumeurs, les chercheurs ont bon espoir de parvenir, à terme, à étendre cette intelligence artificielle à d'autres pathologies cérébrales, telles que la maladie de Parkinson.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles