IDF : est-ce envisageable d'ouvrir les transports toute la nuit ?

Six lignes de métro sont concernées et trois de tram. Six lignes de métro sont concernées et trois de tram.[© THOMAS SAMSON / AFP]

Six lignes de métro et trois lignes de tram vont ouvrir toute la nuit, un samedi par mois, à titre d'expérimentation. A terme, l'idée est de pérenniser ce service. Mais sera-t-il possible de garantir à la fois une bonne qualité de service et la sécurité des voyageurs ?

Bientôt des transports en commun franciliens ouverts 24h/24 toute l'année ? «Impossible» répond Valérie Pécresse, la présidente de la région et d'Ile-de-France Mobilités, qui est pourtant à l'initiative de l'expérimentation.

capture_decran_2019-05-16_a_11.34.17.png

Celle-ci prévoit l’ouverture de six lignes de métro (1, 2, 5, 6, 9 et 14) et trois lignes de tram (2, 3a et 3b) toute la nuit, un samedi par mois de septembre 2019 à mars 2020. En parallèle, les Noctiliens seront également renforcés pendant les nuits concernées.

Et si l'objectif porté par Valérie Pécresse est bien de «pérenniser et d'étendre l'expérimentation» notamment pour contrer «la désaffection de Paris la nuit», il n'en demeure pas moins que cette pérennisation n'est pas prévue pour tout de suite. Et les raisons sont multiples.

La nuit réservée aux travaux

La première est que les travaux du réseau RATP sont aujourd'hui presque exclusivement effectués la nuit, ce qui permet de ne jamais (ou très peu) interrompre la circulation du métro parisien en journée.

«Au total, 400 chantiers sont menés tous les soirs sur le réseau», a ainsi fait savoir Valérie Pécresse. Impossible par exemple d'envisager mettre en place l'expérimentation sur la ligne 4, qui – dans le cadre de sa future automatisation – est le théâtre de nombreux travaux toutes les nuits.

Dix-huit mois de dialogue social

La deuxième est que, pour l'instant, l'ouverture du métro la nuit n'est pas inscrite dans le contrat signé entre IDF Mobilités et la RATP. Tout changement nécessiterait donc dix-huit mois de dialogue social.

Passer par le biais d'une expérimentation permet donc de gagner du temps, selon Valérie Pécresse, qui assure que celle-ci sera entièrement lancée sur la base du volontariat. A l'instar de ce qui se était déjà en vigueur pour la Nuit Blanche ou la soirée du Réveillon.

La sécurité en question

«Nous allons ouvrir des petites stations plutôt que des grosses, qui seront plus simples à opérer, et pour lesquelles un agent RATP par quai sera amplement suffisant», a précisé la présidente de la région, qui assure qu'un partenariat sera également mis en place avec les forces de sécurité de la RATP, voire avec de la sécurité privée.

Ainsi, la station Blanche pourrait être ouverte à la place de Place de Clichy, ou encore Edgard Quinet à la place de Montparnasse etc... Valérie Pécresse balaie d'un revers de main tous ceux qui jugeront que le métro la nuit est plus dangereux que le jour.

Les dates pas encore définitives

Enfin, si dans un premier temps, ce sont les dates suivantes qui ont été annoncées : samedi 14 septembre, samedi 12 octobre, samedi 9 novembre, samedi 11 janvier, samedi 8 février et samedi 7 mars, celles-ci pourraient finalement encore être modifiées.

Les dates ne sont pas encore définitives, a en effet annoncé Valérie Pécresse, ce jeudi 16 mai, sachant que la date du samedi 12 octobre sera sûrement modifiée, car planifiée une semaine seulement après le samedi de la Nuit Blanche 2019 (5 octobre), tout comme la date du 11 janvier qui pourrait être modifiée pour être couplée au début des soldes d'hiver, qui débute le mercredi 8 janvier prochain.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles