Y'a-t-il trop de touristes à Paris ?

La région parisienne a accueilli 50 millions de visiteurs en 2018. [© MIGUEL MEDINA / AFP]

La mairie de la capitale organise ce lundi 24 juin 2019 un colloque sur le thème «Y’a-t-il trop de touristes à Paris ?». Mais derrière cet intitulé un brin provocateur, se cache un vrai débat sur le «surtourisme».

Paris et l'Ile-de-France ont accueilli 50 millions de visiteurs l'an dernier. Cela représente près de 140.000 personnes par jour, soit l'équivalent de 7 % de la population totale de la capitale.

Or, le tourisme représente une énorme manne financière pour la région parisienne. En 2018, ce secteur a rapporté 21,5 milliards d'euros de recettes. Un chiffre en hausse de près de 1 milliard d'euros par rapport à 2017 et de plus de 2 milliards par rapport à 2016. Il représente aussi 500.000 emplois directs et indirects dans la région.

Face à cette réalité, trois questions sont donc au programme du colloque organisé le lundi 24 juin au Pavillon de l'Arsenal (4e) : «Les Parisiens en ont-ils assez des touristes ?», «comment réguler le tourisme à Paris ?» et «pour un tourisme durable et participatif ?».

A l'instar des maux vécus par des villes comme Venise, Amsterdam ou encore Barcelone, la municipalité admet en effet «qu'une croissance rapide et mal régulée peut perturber le quotidien des habitants (nuisances sonores, pollution, pression sur les loyers, transformation du tissu commercial, congestion des transports…)».

On pense notamment au domaine du logement et au (trop) grand succès des sites tels que Airbnb. La municipalité estime en effet que «20.000 logements ont été perdus en quatre ans» au profit de cette plateforme, en particulier dans le centre de Paris.

«Pas de “sur-tourisme” en Ile-de-France»

Mais de son côté, Valérie Pécresse, la présidente de région, a récemment pris la position inverse : «il n’y a pas de “sur-tourisme” en Ile-de-France», a-t-elle martelé au Monde.

Pour l'élue LR, l'Ile-de-France a encore de la marge : «nos infrastructures sont au contraire sous-utilisées. Des destinations comme Vaulx-le-Vicomte (77), la maison de Van Gogh à Auvers-sur-Oise (95) ou celle de Cocteau à Milly-la-Forêt (91) ne sont pas assez mises en valeur. Donc il faut y aller à fond».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles