Réforme du lycée : à quoi vont ressembler les nouvelles matières du programme ?

Douze nouveaux enseignements ont été proposés aux élèves de Première générale pour la rentrée 2019.[OLIVIER MORIN / AFP]

Le lycée va connaitre un sacré chamboulement à partir de la rentrée 2019. Terminées les anciennes filières générales L, ES ou S. Désormais, place à trois «spécialités» à partir de la Première. Mais sur quoi vont vraiment travailler les élèves ?

Au total, douze enseignements ont été proposés aux étudiants ayant terminé leur année de Seconde (en comptant «Biologie écologie», présent uniquement dans les lycées agricoles). Les élèves en ont choisi trois, qui les suivront en Première et Terminale.

Petite remarque néanmoins : toutes les spécialités ne sont pas proposées par l’ensemble des établissements, notamment en fonction de leur taille ou leur implantation géographique.

Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques

Le but de cet enseignement est de «faire acquérir aux élèves des clefs de compréhension du monde contemporain», selon le ministère de l’Education. Un sujet extrêmement vaste, qui sera abordé grâce à des thèmes comme la démocratie, les frontières, ou l’information.

Ainsi, les élèves étudieront des points précis comme «être citoyen à Athènes au Ve siècle», «le fonctionnement de l’Union européenne», «les enjeux de Schengen et du contrôle aux frontières», «la naissance et l’extension d’Internet» ou «les théories du complot».

Humanités, littérature et philosophie

Cette spécialité concernera les élèves ayant l’ambition d’acquérir «une solide formation dans le domaine des lettres, de la philosophie et des sciences humaines», décrit le ministère. Ils décrypteront les pouvoirs de la parole, les représentations du monde ou questionneront l’Humanité.

Plus spécifiquement, ils analyseront par exemple l’art de la séduction par les mots, s’intéresseront aux atlas et encyclopédies ou se demanderont quelles limites se posent à l’être humain. Le tout en alliant une réflexion personnelle aux approches littéraires et philosophiques.

Langues, littératures et cultures étrangères et régionales

Ici, l’objectif est de donner aux élèves une «maîtrise assurée de la langue et une compréhension de la culture associée». Cette spécialité vient s’ajouter au socle commun de langues étrangères.

En classe, les étudiants travailleront sur des supports très variés, comme des pièces de théâtre, des articles de journaux, des films ou des œuvres d’art afin de maîtriser la langue écrite et orale (vocabulaire, grammaire, phonétique) à un niveau élevé.

Outre l’anglais, l’allemand, l’italien ou l’espagnol, cet enseignement permettra aussi d’apprendre les langues régionales, comme le breton, le basque, le corse, le créole, le catalan, le tahitien ou l’occitan-langue d’oc.

Littérature et langues et cultures de l’Antiquité

Cette spécialité s’adresse aux élèves passionnés par les civilisations grecques et romaines de l’Antiquité, voulant les étudier à la lueur de nos sociétés actuelles. L’aspect littéraire y sera ici particulièrement poussé, avec l’apprentissage du grec et du latin.

Des discours d’acteurs politiques antiques et contemporains seront ainsi comparés (Cicéron, Démosthène, Barack Obama, Simone Veil…) et des notions telles que la justice des dieux et des hommes seront analysées. De même l’espace méditerranéen et son importance dans l’époque antique et contemporaine (conflits, échanges, influences) sera un axe majeur de travail.

Mathématiques

Cette spécialité permettra d’approfondir la matière, en introduisant de nouvelles notions. Cinq axes seront abordés : l’algèbre (les suites, les fonctions), l’analyse (concept de dérivée et ses applications, fonction exponentielle), la géométrie (calcul vectoriel, repères), les probabilités et statistiques, puis l’algorithmique et la programmation (fonctions, variables, listes, algorithme).

Numérique et sciences informatiques

Cet enseignement doit permettre d’acquérir «les concepts et les méthodes qui fondent l’informatique, dans ses dimensions scientifiques et techniques». Les élèves seront initiés aux données, aux algorithmes, aux langages de programmation informatique, à l’interaction entre l’homme et la machine sur le web et à l’architecture des machines et leurs systèmes d’exploitation.

Physique-chimie

L’objectif de la spécialité est de permettre aux étudiants d’établir le lien entre «le monde des objets, des expériences, des faits et celui des modèles et des théories». Pour cela, expériences et modélisations seront effectuées en classe, sur des thèmes comme la constitution et la transformation de la matière, les champs et les fluides, les transferts d’énergie, les ondes ou la lumière.

Sciences de l’ingénieur

Les élèves ayant opté pour cet enseignement vont devoir acquérir des compétences «comme la capacité à innover, à imaginer et matérialiser une solution à un type de problème». Dans les faits, après avoir identifié des besoins pour les personnes (transports, énergie, santé, design…), ils travailleront à la proposition de solutions originales et viables, analyseront les aspects de leur réalisation et effectueront des travaux de modélisation pour résoudre leur projet.

Une autre partie de l’enseignement sera d’expérimenter et simuler des protocoles, ainsi que d’apprendre à communiquer sur un projet.

Sciences de la vie et de la Terre (SVT)

Cet enseignement a pour but d’approfondir les connaissances scientifiques et des savoir-faire déjà introduits au collège, pour faire des élèves des personnes «responsables dans le domaine de l’environnement, de la santé et de la sécurité». Précisément, ils travailleront sur «la Terre, la vie, et l’organisation du vivant» (continents, océans, ADN…) , «les enjeux contemporains de la planète» (interactions entre les êtres humains et leur milieu),  et «le corps humain et la santé» (origine des maladies, système immunitaire…).

Sciences économiques et sociales

L’enseignent «éclaire les grands enjeux économiques, sociaux et politiques des sociétés contemporaines». A partir de théories et de cas concrets, les élèves aborderont le fonctionnement d’un marché, la création monétaire, l’organisation des entreprises, le lien social, la déviance de certains individus, l’opinion publique ou le vote.

Arts

Avec ce cours, l’élève renforcera ses «connaissances culturelles», mais surtout, s’adonnera à la pratique artistique. Des partenariats seront noués avec des associations afin de faire découvrir les différents métiers et les formations futures pour les lycéens voulant travailler dans ce secteur.

Au total, sept enseignements seront dispensés : «arts du cirque», «arts plastiques», «cinéma-audiovisuel», «danse», «histoire des arts», «théâtre» et «musique».

Biologie écologie (pour les lycées agricoles)

Cette matière aura pour but d’aborder des problématiques écologiques et biologiques avec les élèves (avec des arguments scientifiques) et leur donner «des connaissances sur l’organisation et le fonctionnement des systèmes vivants».

Pour accéder dans le détail à la totalité des programmes, chacun d’entre eux est disponible sur le site du ministère de l’Education.

Au total, cette année, la spécialité mathématiques est arrivée nettement en tête des demandes, selon les chiffres publiés par l'Education nationale : elle est choisie par 64% des Secondes. Viennent ensuite la physique-chimie (43,5%), les sciences et vie de la terre (SVT) (42,2%), puis les sciences économiques et sociales (37,9%), l'histoire-géo, géopolitiques et sciences politiques (33,4%).

Les langues étrangères et régionales sont demandées par 26% des élèves, les humanités, littérature et philosophie par 18,5% d'entre eux, le numérique par 8,4%, les sciences de l'ingénieur par 6,7% et enfin, les arts plastiques, par 3,4%.

À suivre aussi

La micro-crèche a déjà ouvert dans la gare de Villiers.
Education Yvelines : une première crèche ouvre dans une gare francilienne
Education Au château de Versailles, Gad Elmaleh fait la dictée pour tous devant 1000 participants
Education Nationale Suicides, agressions, violences... des profs en souffrance

Ailleurs sur le web

Derniers articles