Emmanuel Macron a décidé d'abandonner le projet pharaonique d'Europacity en région parisienne

La construction du gigantesque complexe de loisir était très critiquée. [© Thomas SAMSON / AFP]

Emmanuel Macron a décidé d'abandonner le projet de mégacomplexe Europacity, prévu dans le nord de la région parisienne, qu'il juge «daté et dépassé», a annoncé l'Elysée ce jeudi 7 novembre, confirmant une information du journal Le Monde.

Il s'agissait de construire un gigantesque complexe de loisirs sur 80 hectares, au sein des terres agricoles du Triangle de Gonesse, à une quinzaine de kilomètres au nord de la capitale. Le projet, porté par une filiale d'Auchan (Ceetrus) et le conglomérat chinois Wanda, devait sortir de terre à l'horizon 2027.

Le projet était largement soutenu par les élus locaux mais suscitait depuis des années une opposition multiforme, d'organisations écologistes à des associations de commerçants. Ces contestations ont régulièrement été portées devant la justice administrative, parfois avec succès, ralentissant la réalisation du projet. Face aux critiques, les promoteurs avaient d'ailleurs remanié leur proposition.

S'il consière qu'Europacity «ne correspond plus aux aspirations de nos concitoyens», le président de la République entend toutefois «réfléchir à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse [dans le Val-d'Oise]».  Il sera «plus mixte, plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets». 

«L'idée n'est plus un centre commercial et de loisirs mais un morceau de ville, qui donne envie», résume l'Elysée, avec du commerce diversifié, «du résidentiel, du logement, une partie d'activité agricole, peut-être de la petite industrie, du circuit court, pourquoi pas du loisir, mais pas un grand pôle». La réflexion a été confiée à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme [Apur], qui a pour «mission de travailler avec les élus à l'élaboration d'un nouveau projet».

L'annonce intervient alors que se tient jeudi après-midi un troisième Conseil de défense écologique. Lors du premier Conseil de défense écologique en mai, l'exécutif avait annoncé l'abandon du projet minier Montagne d'or en Guyane.

À suivre aussi

Environnement Start-up : Des emballages écolos et décoratifs pour un Noël vert
Environnement La glace du Groenland fond sept fois plus vite que dans les années 1990
Environnement Biodiversité : plus de 30.000 espèces menacées

Ailleurs sur le web

Derniers articles