Le Petit Bain reçoit le festival How To Love

Le pianiste électro Laake ajoute une touche contemplative et rêveuse à cette nouvelle édition How To Love. Le pianiste électro Laake ajoute une touche contemplative et rêveuse à cette nouvelle édition How To Love. [© Gilles Mille]

Le festival « How To Love » revient au Petit Bain, du 12 au 17 février. Un événement musical qui décortique une nouvelle fois la question de l’amour. Passage en revue des concerts incontournables. 

laake

Mélange d’électro et de piano, la musique de Laake est un concentré de douceur et de furie entre notes de piano entêtantes, basses profondes et pulsations tranchantes. Raphaël Beau de son vrai nom s’est fait remarquer en 2016 par le pianiste allemand Nils Frahm avec son titre «Swell». En 2017, il décroche sa place au festival «Piano Day».

Le titre et clip «Introspective» présent sur son deuxième EP «Piaano» résume l’univers contemplatif, rêveur et doux du musicien.

Laake, le 13 février.

Night beats

Le trio Night Beats basé à Seattle revisite depuis 2011 le rock garage psyché des années 1960 avec inventivité et énergie. On retrouve par exemple des touches «west coast» et une ambiance western comme dans «No Cops» (2016).

Mais aussi des touches pop comme dans leur quatrième album «Myth of a man» sorti récemment, on retient «Stand With Me» et «Her Cold Cold Heart».

Night Beats, le 14 février.

Peter kernel

Le duo suisse Peter Kernel joue avec la basse, la guitare, la batterie et le chant pour mêler des mélodies à la fois hypnotiques et explosives. Reconnus sur la scène indie rock européenne, Barbara Lehnoff et Aris Bassetti ont sorti quatre albums parus sur leur propre label : «On the Camper».

Le dernier en date : «The Size Of The Night» (2018), est plus apaisé et introspectif que ses précédents comme avec «There’s Nothing Like You» et «The Secret of Happiness».

Peter Kernel, le 15 février.

easy life

Groupe multi-instrumental aux influences pop et r’n’b, les cinq membres de Easy Life s’aventurent dans des sons à la fois pop et nonchalants. Mêlant batterie, piano, guitare, saxophone et chant, Easy Life se cherche entre le rap de Chance The Rapper et Dilla ainsi que le rock des Arctic Monkeys.

Dans leur single «Pockets», on retrouve un mélange harmonieux entre hip-hop, funk et jazz. Le clip raconte les vices de la société moderne et prône plutôt une vision hédoniste de la vie.

Easy Life, le 16 février.

myss keta

L’artiste performeuse italienne Myss Keta manie la pop avec provocation, engagement et sensualité, sur un style similaire à celui de Madonna ou Lady Gaga. Affublée en permanence d’un masque, elle porte sur scène la satire du paysage italien des années 1980 à 2018.

Une pop mystérieuse, dynamique et engagée que l’on retrouve dans «Una Vita In Capslock» mais aussi dans «Una Donna Che Conta» et bien d’autres titres produits en collaboration avec le collectif indépendant milanais Motel Forlanini.

Myss Keta, le 16 février.

Festival How To Love, du 12 au 17 février, Petit Bain, Paris 13e

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles