Des livres empoisonnés à l’arsenic découverts dans une bibliothèque

Image d’illustration - Au Danemark, deux chercheurs ont découvert de l’arsenic dans trois livres datant des XVIe et XVIIe siècles.[MATT DUNHAM / POOL / AFP]

Dans la bibliothèque de l'Université du Danemark du Sud, deux chercheurs ont découvert de l’arsenic dans trois livres datant des XVIe et XVIIe siècles.

La découverte est relatée dans un article publié fin juin sur le site The Conversation, par le bibliothécaire Jakob Povl Holck et le professeur en physique Kaare Lund Rasmussen.

Grâce à une série d’analyses, réalisées à l’aide de rayons X dans le but de découvrir des fragments de manuscrits médiévaux dans les ouvrages en question, les chercheurs ont découvert que «la couche de pigment vert était de l’arsenic», comme le racontent Jakob Povl Holck et Kaare Lund Rasmussen. «Cet élément chimique est parmi les substances les plus toxiques au monde», expliquent-ils, ajoutant que son exposition «peut entraîner divers symptômes d’empoisonnement, le développement du cancer et même la mort».

Selon eux, la présence de ce poison pourrait s’expliquer par l’utilisation du «vert de Paris». Ce pigment, dérivé de l’arsenic, était très utilisé, notamment au XIXe siècle, en raison de «l’intensité de sa couleur et de sa résistance à la décoloration». Idéal pour lutter contre les affres du temps, mais aussi «contre les insectes et la vermine».

Depuis cette découverte, en raison des dangers inhérents à une telle substance, la bibliothèque de l'université du sud du Danemark a pris la décision de stocker les trois ouvrages «dans des boîtes en cartons séparées», et «dans une armoire ventilée». A terme, les trois volumes seront numérisés pour minimiser les risques d’exposition.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles