La vidéo d'un homme qui bat son épouse, décédée peu après, choque le Brésil

Au Brésil, un homme a été filmé par des caméras de surveillance en train de passer à tabac son épouse, du parking de leur immeuble à leur appartement, avant que celle-ci ne chute du quatrième étage et ne meurt.

Cette histoire sordide a fait l'effet d'un séisme dans le pays. Les images de vidéosurveillance, particulièrement détaillées et choquantes, ont permis aux médias et aux autorités de retracer le fil de cette nuit du 22 juillet dernier, qui s'est déroulée dans la ville de Guarapuava (sud). Sans filtre, elles révèlent la violence d'un certain Luis Felipe Manvailer, professeur et biologiste de 32 ans, à l'encontre de sa femme, Tatiane Spitzner, avocate de 29 ans.

C'est au pied de leur immeuble, dans une voiture, que les coups commencent à pleuvoir. On distingue l'homme au volant mettre une gifle à son épouse. Une fois le véhicule garé dans le parking, cette dernière, après avoir été plaquée contre la voiture, tente d'échapper à son mari, qui la rattrape vite et la force à entrer dans l'ascenseur. Il continue alors à la frapper, jusqu'à la projeter violemment contre les parois de la cabine. Alors que les portes s'ouvrent au premier étage, la jeune femme tente à nouveau de s'enfuir. En vain, car son bourreau la retient de force. Arrivé au quatrième étage, il finit par la traîner sur le sol pour l'obliger à rentrer dans leur appartement.

Vingt minutes plus tard, Tatiane Spitzner fait une chute mortelle de son balcon.

Des voisins qui ferment les yeux

Si Luis Felipe Manvailer a assuré à la police qu'elle s'était suicidée, les images de vidéosurveillance contredisent cette version : l'homme a été filmé quelques minutes plus tard en train de récupérer le corps sans vie de sa femme sur le trottoir, et de le ramener chez eux. De même, on le voit nettoyer avec des mouchoirs le sang de Tatiane dans l'ascenseur. Et ce, après avoir changé de vêtements et avant de tenter de s'enfuir devant la police qui arrivait sur place. Rapidement interpellé, il fait désormais l'objet d'une enquête pour meurtre. Niant ces accusations, il répète que sa femme a sauté du balcon.

Ces vidéos, relayées en France par le média Loopsider, ont été diffusées pour la première fois à la télévision brésilienne dimanche. Une onde de choc pour le Brésil, où, selon un sondage national réalisé en 2017, près d'un tiers des femmes déclarent avoir déjà subi des violences conjugales – perpétrées en majorité par des conjoints actuels ou passés. Ces vidéos interrogent en effet sur la banalisation de ce type de violences, pouvant aller jusqu'au féminicide, mais également sur la part de responsabilité de ceux qui n'interviennent pas pour y mettre fin.

Car, selon le New York Times, le plus choquant tient à l'évidente inaction des citoyens : pendant les quinze minutes durant lesquelles la scène s'est déroulée, la jeune femme n'a cessé de crier à l'aide – ce que l'on n'entend pas dans les vidéos –, mais les voisins n'ont pas bougé d'un iota pour la secourir ou tenter de calmer le mari violent.

Une indifférence qui a incité la soeur de la victime à créer un compte Instagram baptisé «Tous pour Tatiane», suivi pour l'heure par quelque 119.000 internautes. «La violence laisse des traces. Ne pas les voir cause les féminicides», peut-on lire en description. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles