La CIA voulait utiliser des sérums de vérité sur des détenus islamistes

C’est suite aux échecs répétés rencontrés lors des auditions d'un des cerveaux présumés des attaques islamistes sur le sol américain, que l’hypothèse a fini par germer auprès du renseignement américain.

Insatisfaits de la coopération de certains des prisonniers retenus captifs après les attentats du 11 septembre 2001, des médecins de la CIA ont émis l’idée de faire usage de sérums de vérité, selon des documents déclassifiés mardi 13 novembre.

C’est suite aux échecs répétés rencontrés lors des auditions d’Abou Zoubeida, l’un des cerveaux présumés des attaques islamistes sur le sol américain, que l’hypothèse a fini par germer auprès des scientifiques du renseignement américain.

En effet, bien qu’il eut été soumis à diverses méthodes de torture (simulation de noyade, alimentation rectale, enfermement dans une boîte plus petite qu’un cercueil etc…), Zoubeida n’a jamais livré la moindre information permettant à l’administration américaine d’établir formellement sa culpabilité.

La CIA avait alors entamé une réflexion autour de l’utilisation d’un sérum de vérité, en réalité des puissants psychotropes rendant les prisonniers plus impressionnables et spontanés lors des interrogatoires.

Le renseignement américain n’ont pu aller plus loin dans leur démarche et se sont heurtés au refus du ministère de la Justice, qui avait invoqué l’existence depuis les années 50 d’une interdiction de mener des recherches médicales sur les prisonniers pour la CIA.

En 2009, Barack Obama avait finalement mis un terme définitif au débat, interdisant les interrogatoires controversés dans les prisons secrètes américaines.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles