Tout savoir sur Nancy Pelosi, femme la plus puissante des États-Unis et rivale de Donald Trump

La «Speaker» représente désormais une rivale de taille pour Donald Trump [SAUL LOEB / AFP]

Élue présidente de la Chambre des représentants le 3 janvier à Washington, la démocrate Nancy Pelosi signe un retour en force, huit ans après avoir occupé les mêmes fonctions, redevenant ainsi la femme la plus puissante d'Amérique. 

Troisième poste le plus important derrière le Président et le vice-président, le «Speaker» occupe une place de choix dans le système politique américain. Un poste que connaît bien Nancy Pelosi, elle qui siégeait déjà au perchoir entre 2007 et 2010. Âgée de 78 ans, l'élue de San Francisco a obtenu jeudi 3 janvier 220 voix contre 192 pour Kevin McCarthy, le candidat républicain. 

Jeudi 3 janvier, alors que le 116e Congrès américain se réunissait pour la première fois à Washington, Nancy Pelosi prêtait une nouvelle fois serment devant ses petits-enfants, après être devenu la première femme de l'Histoire élue «Speaker» quelques années plus tôt. Démocrate très respectée par ses pairs, la femme de poigne était même qualifiée par certains médias d'«architecte d«Obamacare», en référence à sa prise de position active en faveur de la réforme de santé de Barack Obama

UNE FIGURE DÉMOCRATE TRÈS RESPECTÉE 

Désormais contrôlée par les démocrates, la Chambre des représentants entend rentrer dans une nouvelle ère, le visage de Nancy Pelosi comme tête d'affiche. Impossible pour cette femme de pouvoir de ne pas évoquer la question de la parité dans son discours. Après sa nomination, elle a tenu à saluer «un moment historique pour le Congrès et pour les femmes de ce pays» avant de rappeler que «les femmes et les hommes sont crées égaux». 

De nombreux défis à relever 

Fille de Thomas D'Alesandro Jr., maire de Baltimore entre 1947 et 1959, elle parvient à se faire un nom en politique, devenant membre du Congrès à partir de 1987. Forte de plus de 40 ans d'expérience en politique, cette mère de famille de cinq enfants sait que de nombreux défis l'attendent. Peu après sa nomination, elle a déclaré : «Nous ne nous faisons pas d'illusions, notre travail ne sera pas facile». Ses principaux objectifs ? Protéger la classe moyenne et tenter d'assouplir la politique intransigeante de Donald Trump concernant les migrants, en plein «shutdown» qui secoue actuellement la sphère politique américaine. «Nous devons aussi adresser la menace existencielle de notre époque : la crise climatique», a-t-elle expliqué, alors que le Président a retiré les Etats-Unis de l'accord de Paris. 

Une rivale de taille pour Donald Trump

Si Donald Trump a rapidement félicité Nancy Pelosi après son élection, le combat entre la puissante démocrate et le chef d'Etat républicain semble d'ores et déjà entamé. Très ferme, la «Speaker» a indiqué que rien ne pourrait la convaincre de financer le mur voulu par le milliardaire pour séparer les États-Unis du Mexique. Alors que Donald Trump avait critiqué sa décision de partir en vacances à Hawaï, en pleine crise du «shutdown», la démocrate a déclaré : «Le président ne le sait peut-être pas mais Hawaï fait partie des Etats-Unis d'Amérique».

Celle qui se bat depuis des années pour la protection des minorités sexuelles, des immigrés et pour le droit à l'avortement, a indiqué qu'elle souhaitait travailler dans le «respect» avec les républicains : «Promettons que lorsque nous ne serons pas d'accord, nous nous respecterons et nous respecterons la vérité», a-t-elle conclu. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles