Inde : des «chasseurs de sorcières» tuent une mère et ses 4 enfants

La cheffe de la police, Kavita Jalan, a déclaré à la BBC que le principal accusé, qui avait été arrêté, se présentait comme un «médecin de sorcière». La cheffe de la police, Kavita Jalan, a déclaré à la BBC que le principal accusé, qui avait été arrêté, se présentait comme un «médecin de sorcière». [RAVEENDRAN / AFP]

En Inde, une femme et ses quatre enfants ont été retrouvés morts dans un puits près de chez eux. Six personnes dans l'Etat d'Orissa, dans l'est du pays, ont déjà été arrêtées, mais la police indienne cherche d'autres suspects, des «chasseurs de sorcières», qui pourraient être impliquées dans ces meurtres.

Les «chasses aux sorcières» visant les femmes sont assez courantes dans certaines régions de l'Inde, selon la BBC

La cheffe de la police, Kavita Jalan, a déclaré à la BBC que le principal accusé, qui avait été arrêté, se présentait comme un «médecin de sorcières».

Il avait accusé Mangri Munda et ses enfants, qui vivaient dans un établissement tribal du district de Sundergarh, d'avoir «jeté des sorts» à une autre famille du village.

Le 25 janvier, un groupe d'hommes est entré par effraction chez la mère de famille, tard dans la nuit, lorsque ses deux fils et ses deux filles - âgés de 4 à 12 ans - étaient endormis. Ils les ont attaqués avec des bâtons de bois et une hache avant de jeter leurs corps dans un puits.

Une multiplication de meurtres liés à la «sorcellerie»

Le fait de qualifier les femmes de sorcières est particulièrement répandu dans les communautés tribales de l'État. «Il est nécessaire de sensibiliser les habitants du village à de telles activités superstitieuses», a ajouté Kavita Jalan.

Les meurtres liés à la «sorcellerie» se multiplient en Orissa, malgré une loi qui interdit la chasse aux sorcières. L'année dernière, neuf personnes ont été condamnées à mort pour le meurtre de trois membres d'une famille accusés d'être des sorciers.

Les femmes sont également fréquemment visées dans les États d’Assam et de Jharkhand pour des raisons similaires.

Les dossiers de la police indiquent que 99 cas de «chasse aux sorcières» ont été signalés à Orissa en 2017, ce qui représente une augmentation par rapport à l'année précédente, où 83 cas avaient été signalés.

Les experts affirment que des croyances superstitieuses sont à l'origine de certaines de ces attaques, mais il arrive que des personnes - en particulier des veuves - soient ciblées pour leurs terres et leurs biens.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles