Le rapporteur Mueller n'innocente pas Donald Trump et démissionne

Le procureur spécial a annoncé sa démission Le procureur spécial a annoncé sa démission. [MANDEL NGAN / AFP]

«Après l'enquête, si nous avions la certitude que le président n'avait pas commis de crime, nous l'aurions dit ainsi». Robert Mueller, en charge des investigations contre Donald Trump, a contredit en partie la version du président américain dans un discours prononcé à Washington ce 29 mai.

Si, malgré des soupçons, des poursuites contre Donald Trump n'ont pas été engagées, c'est parce que cela est «inconstitutionnel», selon le magistrat. C'est en effet au Congrès de s'en charger, à condition que cette institution le décide. Mueller affirme cependant qu'il était possible de donner son propre avis sur la question, mais qu'il ne l'a pas souhaité, pensant que cela n'aurait pas été «correct». Dans son discours, il en a d'ailleurs profité pour assurer qu'il ne témoignera pas devant le Congrès, et que cette prise de parole serait la dernière sur le sujet. 

Dans son rapport, il avait mis en lumière plusieurs agissements pouvant faire penser à une obstruction de justice, ou qui, au minimum, mettent le doute. Exemple le plus frappant : à l'annonce du début de l'enquête, Donald Trump avait demandé à son staff de limoger Mueller, ce que son équipe avait alors refusé de faire. 

Coup d'épée dans l'eau ?

Robert Mueller a, dans ce même discours, annoncé sa démission et son retour à la vie civile. Il en a profité pour remercier le FBI ou encore les analystes, qui ont permis une enquête «juste et indépendante».

Pour Donald Trump, qui jubile depuis la publication du rapport, en clamant sur les réseaux sociaux qu'il n'y avait eu «aucune obstruction, aucune collusion», «rien ne change». Dans un tweet, il assure qu'il n'y «avait pas suffisamment de preuves, et donc, dans notre pays, une personne est innocente. Ce dossier est clos !». 

Si les déclarations du procureur spécial rajoutent encore un peu plus de poids aux doutes concernant la participation du président à un crime, il faut désormais regarder du côté Congrès. Alors qu'une procédure «d'impeachment» ne semble pas d'actualité, l'impossibilité de faire témoigner Robert Mueller pourrait, potentiellement, éloigner encore un peu plus cette éventualité. 

 

À suivre aussi

Ovni Etats-Unis : plus d'1 million de personnes veulent forcer l'entrée de la zone 51 vendredi pour prouver que les aliens existent
Un ancien porte-parole de la Maison-Blanche danse avec les stars
Télévision Un ancien porte-parole de la Maison-Blanche dans «Danse avec les stars»
Etats-Unis Victime d'une amibe dévoreuse de cerveau, la petite Lily, 10 ans, est morte

Ailleurs sur le web

Derniers articles