Sauveteurs du 11-Septembre : la colère de Jon Stewart devant le Congrès

Jon Stewart, particulièrement agacé lors de l'audience Jon Stewart, particulièrement agacé lors de l'audience[Capture écran YouTube]

Une image peu habituelle pour Jon Stewart. L'humoriste et ancien animateur de la populaire émission du Daily Show s'est emporté devant le Congrès américain pour défendre les policiers, pompiers et sauveteurs présents lors des attentats du 11 septembre 2001.

La scène a eu lieu lors d'une audience pour débattre sur l'extension de 5 ans d'un programme de financement destiné aux soins de santé des premiers secours sur place après l'attaque. En effet, les débris ou les nuages de fumées ont engendré des blessures et des maladies comme des cancers. Dès le début de son intervention, l'expert de la satire élève la voix, pour faire remarquer que la pièce, du côté des élus, est quasi vide. Ému, à la limite des larmes parfois, il exprime sa colère pour ce qu'il interprète comme du dédain de la part de la classe politique face aux victimes. 

«C'est une honte pour le pays, et une tache sur cette institution. (...) Il n'y a pas une personne ici, pas une personne absente, qui n'a jamais tweeté 'n'oublions jamais les héros du 11-Septembre, n'oublions jamais leur bravoure, ce qu'ils ont fait et ce qu'ils ont donné à ce pays. Et bien ils sont là ! Où sont-ils ? (Les membres du Congrès absents, ndlr)'», clame Jon Stewart. 

Un combat de longue date

Seul à parler dans un silence lourd de sens, l'ancien animateur poursuit en assurant que l'audience devrait être inversée : «ces femmes et ces hommes devraient être à votre place, pour vous poser des questions». Car outre la colère face à la pièce vide, c'est également la bataille régulière pour obtenir le financement qui dérange l'humoriste. Au lieu d'être voté une bonne foi pour toute, le fond doit être renouvelé tous les cinq ans, mettant ainsi en danger la durabilité des soins, et laissant les victimes dans une certaine forme de précarité. 

Engagé depuis février aux côtés des secours qui cherchent à obtenir la garantie d'un financement de leurs soins, ce n'est pas la première fois que l'homme fait preuve d'intérêt pour la question. En 2010, lorsqu'il était encore le visage du Daily Show, il avait déjà consacré une partie de son émission à critiquer le Congrès, rejetant le même genre de réforme. Sa colère sincère fait le tour des réseaux sociaux depuis sa diffusion, et pourrait motiver les membres du Congrès à se montrer plus prudent lors de leurs prochaines absences.  

À suivre aussi

Insolite Arrêté par la police dans le Tennessee, Tupac Shakur est bien vivant
Krach boursier Il y a 90 ans, un «jeudi noir» à Wall Street
Etats-Unis Vidéo : un professeur désarme un élève... en lui faisant un câlin

Ailleurs sur le web

Derniers articles