Lindsay Lohan entretient une relation «platonique» avec Mohammed ben Salmane, le prince héritier d'Arabie Saoudite

Lindsay Lohan et MBS d'Arabie Saoudite ne sont «que des amis», selon le père de l'actrice. [SANTIAGO FELIPE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP].

Alors que la presse américaine s’est récemment fait l’écho d’une idylle secrète entre Lindsay Lohan et le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane (MBS), le père de l’actrice a tenu à clarifier la nature de leur relation.

Pour Michael Lohan, il n’y a ainsi tout simplement pas de liens amoureux entre le prince, commanditaire présumé du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et sa fille, désormais davantage connue pour ses frasques que pour sa carrière d’actrice et leur relation serait tout juste «platonique et respectueuse».

Page Six, du nom de la rubrique people du quotidien américain New York Post, avait pourtant relayé une rumeur selon laquelle Lindsay Lohan, 33 ans, et MBS, 34 ans, seraient devenus très proches, au point d’échanger régulièrement des textos passionnés.

Une montagne de cadeaux, des voyages en jet privé...

Mohammed ben Salmane voyagerait même très souvent avec Lindsay Lohan dans son jet privé, lui offrant au passage une montagne de cadeaux, telle cette carte de crédit spécialement émise à son attention.

De quoi susciter l’étonnement malicieux d’un officiel saoudien qui, sous couvert de l’anonymat, avait déclaré à Page Six «qu’il était étonnant que les liens les plus étroits des Etats-Unis d’Amérique avec le prince héritier se fassent désormais par l’entremise de Lindsay Lohan et de Jared Kushner, le gendre de Donald Trump».

Des allégations qui n’ont toutefois en rien décontenancé Michael Lohan qui est persuadé que Lindsay et le prince sont donc vraiment «juste des amis».

Il en veut pour preuve que «Lindsay a beaucoup d’amis puissants au Moyen-Orient, parce qu’elle y est très célèbre. Lindsay a d’ailleurs fait la connaissance du prince sur place, notamment de par ses activités en faveur des réfugiés», a-t-il indiqué.

Un certain faible pour les figures autoritaires du Moyen-Orient

Interrogé sur la réputation sulfureuse du monarque, qui outre l’affaire Khashoggi est soupçonné de maintenir en résidence surveillée des membres de sa propre famille, Michael Lohan balaye là aussi les accusations et dit que «rien de cela n’a été prouvé»

«Lindsay me dit que le prince est une bonne personne. Elle se sent en sécurité et est entourée de gens protecteurs à son égard et elle sait comment se tenir», affirme-t-il.

Quoi qu’il en soit, l’ex-enfant star d’Hollywood semble pourtant bel et bien avoir un faible pour les figures autoritaires du Moyen-Orient.

En 2017, elle avait ainsi été aperçue aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan, après avoir visité un camp de réfugiés.

La même année, Lindsay Lohan avait également alimenté les pages people après avoir été photographiée en «burqini» en Thaïlande, ses fans s'étant même alors demandé si l'actrice s’était convertie à l’Islam.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles