Ligue des champions : le FC Barcelone à l'épreuve des quarts de finale

Lionel Messi et ses coéquipiers restent sur trois éliminations en quarts de finale de la C1. [SipaUsa / Icon Sport]

Intraitable sur la scène nationale, où il domine ses concurrents et notamment le Real Madrid, le club catalan, qui affronte mercredi soir Manchester United en quarts de finale aller de la Ligue des champions, bloque depuis trois ans en Europe.

C’est un cruel paradoxe que cultive le FC Barcelone ce dernières saisons. A tel point que les Catalans, vainqueurs de Lyon en huitièmes, restent sur trois éliminations consécutives aux portes du dernier carré (Atlético Madrid en 2016, Juventus en 2017 et la Roma en 2018). 

Mais Lionel Messi et consort, derniers vainqueurs de la compétition (2015) avant l’incroyable triplé madrilène, espèrent enfin mettre un terme à cette malédiction. Évidemment, la star argentine, déjà auteur de huit réalisations dans la compétition cette saison, sera très attendue face à un club qui lui réussit bien. La «Pulga» avait fait des misères aux Mancuniens lors des finales 2009 et 2011.

United n'a plus vu les demies depuis 2011

Reste que cette fois-ci, la rencontre aura lieu à Old Trafford, qui n’a encore jamais vraiment réussi aux Barcelonais. «Notre club n’a jamais gagné dans leur stade (deux matchs nuls et deux défaites, nldr) et nous allons essayer de changer ça», a indiqué Ernesto Valverde qui espère aussi voir Luis Suarez retrouver le chemin des filets. L’Uruguay n’a plus marqué en Coupe d’Europ depuis un an. Pire, il n’a plus inscrit le moindre but à l’extérieur depuis trois ans. Et face aux «Red Devils», son mutisme pourrait durer. 

Les tombeurs du PSG au tour des précédent affichent un état d’esprit de guerriers depuis l’arrivée d’Ole Gunnar Solskjaer sur le banc, à la place de José Mourinho. S’ils ne partiront pas favoris face aux joueurs du Barça, les coéquipiers de Paul Pogba sont en mesure de créer l’exploit. D’autant que si leurs adversaires n’ont plus atteint le dernier carré depuis quatre ans, il faut remonter à 2011 pour voir les Mancuniens passer l’obstacle des quarts.  

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles