Roland-Garros 2019 : la sensation Antoine Hoang, Garcia prend une claque

Antoine Hoang fait honneur à son invitation. [Thomas SAMSON / AFP]

Huit Français étaient sur les courts, ce jeudi, à Roland-Garros avec comme objectif commun de rejoindre le 3e tour. Raté pour Gilles Simon et Caroline Garcia, sèchement éliminés par des joueurs issus des qualifications, mais aussi Elliot Benchetrit au contraire d'Antoine Hoang, qui retrouvera Gaël Monfils.

Gilles Simon impuissant

Deux petits tours et puis s’en va. Au cœur d’une saison compliquée, Gilles Simon a essuyé une nouvelle désillusion avec une élimination dès le 2e tour contre le modeste Italien Salvatore Caruso, 147e mondial et issu des qualifications (6-1, 6-2, 6-4). Malgré un léger sursaut dans le 3e set, le Niçois, tête de série n°26, n’a jamais été en mesure de rivaliser avec son adversaire, qui dispute seulement le 2e Grand Chelem de sa carrière, et s’est logiquement incliné sur le 4e balle de match, lui qui n’a jamais été au-delà des 8es de finale sur la terre battue parisienne (2011, 2013, 2015). «A aucun moment je n’ai joué, a-t-il regretté. A aucun moment, j’ai eu le courage de faire 3 ou 4 points de suite, un jeu,…. C’est ce qui était inacceptable pour moi. Là, j’ai juste envie de rentrer chez moi et de ne penser à rien.» Et surtout pas à ce revers qui le prive d’un 3e tour face à Novak Djokovic.

Enorme désillusion pour Caroline Garcia

Il n’y a déjà plus une seule française en lice avant même le 3e tour. Dernière Tricolore et tête de série n°24, Caroline Garcia a été reversée par la jeune russe Anna Blinkova, également issue des qualifications (6-1, 4-6, 4-6). Tout avait pourtant bien commencé pour la n°1 française avec un premier set largement maîtrisé. Elle a ensuite concédé la deuxième manche avant de totalement dans la troisième, où elle a mené 3 jeux à 0 avec un double break en poche. Quart de finaliste en 2017 et huitième de finaliste l’année dernière, Garcia, qui avait été finaliste la semaine passée à Strasbourg, n’aura pu sauver l’honneur du tennis féminin tricolore qui n’aura aucune représentante au 3e tour pour la première fois depuis 33 ans.

Fin de l’aventure pour Elliot Benchetrit

Toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin. Et la belle aventure d’Elliot Benchetrit s’est achevé sur le court n°7. Issu des qualifications et après avoir surclassé le Britannique Cameron Norrie (49e) au 1er tour (6-3, 6-0, 6-2), le Tricolore, 273e mondial, a buté sur le Serbe Dusan Lajovic (6-3, 6-3, 6-4). S’il est tombé sur plus fort, le Niçois, quelque peu émoussé, est loin d’avoir démérité face au récent finaliste à Monte-Carlo et ressort grandi de ce parcours. «Je suis très content de ce que j’ai accompli, s’est-il félicité. Et l’année prochaine j'arriverai encore avec une autre expérience sur un deuxième ou un troisième tour.» Le rendez-vous est pris.

La sensation Antoine Hoang

Antoine Hoang fait honneur à son invitation. Après avoir sorti Damir Dzumhur pour son entrée en lice, le Français, 146e mondial, a fait encore plus fort en écartant l’Espagnol Fernando Verdasco, tête de série n°23, en quatre sets (6-4, 3-6, 7-6, 7-5). Sans complexe et malgré des douleurs au dos, qui l’ont contraint à faire appel au soigneur dans la 3e manche, où il a sauvé trois balles de set, le Varois (23 ans) a livré un combat de haute volée pour se hisser au 3e tour pour sa première participation à un Grand Chelem. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin alors que va se dresser sur sa route un certain Gaël Monfils pour nouveau duel franco-français haletant. Pour une nouvelle surprise ?

Gaël Monfils trace sa route

Gaël Monfils connait un début de Roland-Garros assez paisible. Comme face au Japonais Taro Daniel, le n°1 français n’a eu aucune difficulté à se défaire de son compatriote Adrian Mannarino (6-3, 6-4, 6-4). Malgré quelques errements passagers, le Parisien s’est une nouvelle fois montré sérieux et appliqué en même temps qu’il a rassuré sur son état physique, lui qui aspire à monter en puissance «au 3e tour, en 8e de finale, en quart de finale, en demi-finale et jusqu’à la finale», comme il l’a indiqué à sa sortie du court. Mais pour espérer aller aussi loin, il va devoir écarter le surprenant Antoine Hoang dans un nouvel affrontement 100% tricolore. Des duels qui ont jusqu’à maintenant toujours réussi à Monfils, qui n’a jamais perdu contre un autre français à Roland-Garros en cinq confrontations. La passe de six ?

Grégoire Barrere a résisté mais a cédé

Grégoire Barrere peut nourrir quelques regrets. Le Français a fait mieux que résister contre Karen Khachanov, tête de série numéro 10, mais il a fini par céder et rendre les armes au terme d’une lutte de haute volée (6-3, 7-6, 0-6, 7-5). Il a même cru pouvoir réaliser un incroyable retournement de situation lorsqu’il a collé une bulle au Russe dans le 3e set avant de parvenir à breaker dans le suivant. Mais Khachanov est parvenu à se ressaisir à temps pour s’éviter une cinquième manche de tous les dangers et mettre un terme au parcours de Barrere. En fera-t-il de même au prochain tour contre un autre Tricolore ? Encore faut-il que Lucas Pouille parvienne à renverser Martin Klizan…

Lucas Pouille sauvé par la nuit ?

Lucas Pouille est en très mauvaise posture dans son 2e tour face au Slovaque Martin Klizan. Mené deux sets à un et breaké dans la 4e manche, le Nordiste semblait filer vers une élimination inéluctable jusqu’à l’interruption de la partie en raison de l’obscurité. Et elle ne pouvait pas mieux tomber pour permettre au Tricolore de se remettre les idées à l’endroit auprès notamment de sa coach Amélie Mauresmo et éviter une énième contre-performance qu’il ne cesse d’accumuler depuis sa demi-finale à l’Open d’Australie en début d’année. Depuis cette performance aux antipodes, il n’avait remporté qu’une seule rencontre sur le circuit principal avant de débarquer sur la terre battue parisienne et de venir à bout de l’Italien Simone Bolelli lors de son entrée en lice. Parviendra-t-il à enchainer un deuxième succès consécutif ? Réponse ce vendredi.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles