Coupe du Monde féminine : Les Américaines pointées du doigt pour leur arrogance

Les Américaines ont battu en demi-finale à Lyon les Anglaises par 2 buts à 1 et disputeront la finale contre le vainqueur du match opposant la Suède aux Pays-Bas.[©Philippe DESMAZES / AFP]

Depuis le début de la Coupe du monde, les coéquipières de Megan Rapinoe font beaucoup parler d’elles, certes pour leur qualité de jeu, mais également pour leur excès de confiance, qui frise parfois l’arrogance.

A l’image notamment d’Alex Morgan, qui pas plus tard qu’hier face à l’Angleterre (2-1), a célébré son sixième but du Mondial en faisant semblant de boire une tasse de thé pour chambrer les Three Lionesses. Si l’ancienne Lyonnaise s’est justifiée en disant avoir cherché une «célébration fun», son geste imitant la «cup of tea» très britannique, est mal passé en Angleterre.

«Les gens ont toujours besoin de parler de notre arrogance, surtout quand les regards sont braqués sur nous en Coupe du monde, mais je vois juste qu'on est dans les quatre derniers, enfin les deux maintenant. On laisse juste parler les autres et on joue notre jeu. On a confiance en nous, c'est tout.», a ajouté l’attaquante, qui a continué l’œuvre de la charismatique Megan Rapinoe, sur le banc contre l’Angleterre.

Une finale avant l’heure ?

Car ce n’est pas la première fois que les filles de Jill Ellis suscitent la controverse par leur arrogance. La polémique a commencé dès leur premier match en Coupe du monde, contre la Thaïlande le 11 juin dernier. Après avoir écrasé les Chaba Kaew 13-0, les Américaines ont été accusées d’avoir humilié leurs adversaires avec des célébrations jugées trop excessives et irrespectueuses par certains observateurs.

D’ailleurs le hashtag #UglyAmericans (#SalesAméricaines) n’a pas tardé à envahir les réseaux sociaux pour dénoncer leur attitude. On retiendra notamment le commentaire d’un des internautes au sujet des USA : «Un vainqueur sans classe (était) pire qu'un mauvais perdant, quel que soit le genre».

Et les Bleues n’ont pas échappé au petit spectacle (surjoué) des Américaines. Lors du quart de finale face à l’équipe de France, la célébration de Megan Rapinoe, est également devenue virale. Et pour cause. L'emblématique attaquante des Etats-Unis a fêté son but en courant vers le coin du terrain, devant les supporters et les médias, les bras en l’air, avec un sourire bien marqué.

Son geste, comparé par certains à une scène du film Gladiator, a enflammé la toile, au point de devenir un «meme» anti-Trump. «On est en quelque sorte sur une scène, donc je crois que je me vois comme une interprète et que j’essaye de divertir. C’est une pose amusante et on cherche toujours les bonnes célébrations donc je crois que celle-là a bien collé.», a-t-elle déclaré sur ABC.

Le staff américain en visite à l'hôtel des anglais

Prévoyante ou arrogante ? Dimanche dernier, la fédération américaine n’a pas pu s’empêcher de faire une escale à l'hôtel lyonnais où dormiront les joueuses en cas de qualification pour la finale de la Coupe du monde. Si l'histoire aurait pu s'arrêter là, les Américaines ont fait encore plus fort car l’établissement en question accueillait à ce moment l'Angleterre, leur adversaire en demi-finales.

«Je crois que tout le monde fait ça. C’est important d’anticiper pour mon équipe et mon administratrice. Cela n’a rien à voir avec de l’arrogance, c’est simplement de la préparation et de l’anticipation pour le staff, c’est tout à fait habituel.», a déclaré la sélectionneuse américaine, soucieuse de faire taire la polémique.

Que nous préparent-elles pour la finale contre les Pays-Bas ou la Suède, qui se tiendra le 7 juillet à Lyon ? «On a encore rien prévu. Mais je suis sûr qu’on va penser à quelque chose», a déclaré Alex Morgan à RMC Sport. A suivre...

À suivre aussi

Sport Écosse-France, test-match avant la Coupe du monde de rugby : À quelle heure et sur quelle chaîne ?
Le sélectionneur du XV de France Jacques Brunel en conférence de presse à Monaco le 19 juillet 2019.
Rugby XV de France : Brunel renonce au grand chambardement
Basket Les 5 bonnes raisons de regarder la Coupe du monde de basket

Ailleurs sur le web

Derniers articles