Australie : les footballeuses internationales seront payées comme les hommes

Les «Matildas» et leurs homologues masculines se partageront à part égale 24 % des recettes perçues par les deux équipes nationales. Les «Matildas» et leurs homologues masculines se partageront à part égale 24 % des recettes perçues par les deux équipes nationales.[Valery HACHE / AFP]

Les footballeuses de l'équipe nationale australienne percevront le même salaire que leurs homologues masculins, selon un accord dévoilé ce mercredi 6 novembre, qui constitue un pas important vers plus d'égalité entre les sexes.

En vertu de ce contrat, annoncé par la Fédération australienne de football (FFA) et signé pour quatre ans, les joueuses internationales australiennes, les «Matildas», et leurs homologues masculines, les «Socceroos», se partageront à part égale 24 % des recettes perçues par les deux équipes nationales. Sur ce montant, les joueurs se sont engagés à reverser 5 % aux équipes nationales de jeunes.

Par ailleurs, la part des gains des joueurs réussissant à se qualifier pour une Coupe du monde passera de 30 à 40 %, et 50 % s'ils atteignent la phase éliminatoire. Les hommes devraient donc toujours recevoir plus d'argent à ce niveau, car le «prize money» des Coupes du monde féminines reste encore largement en dessous de celui des Mondiaux masculins (27 millions d'euros contre 360 millions d'euros).

Des vols en classe affaire comme les hommes

De plus, les footballeuses internationales australiennes - 8e au classement FIFA, huitièmes de finaliste de la Coupe du monde 2019 en France - auront droit dorénavant les mêmes avantages que les footballeurs - 44e au classement FIFA. Tout comme eux, les coéquipières de Sam Kerr et Ellie Carpenter effectueront leurs déplacements à l'étranger dans des vols en classe affaire, auront accès aux mêmes installations d'entraînement et même staff spécialisé dans la performance.

«Le football est le jeu de tout le monde et cette nouvelle convention collective constitue un pas de plus vers l'adoption des valeurs d'égalité, d'intégration et d'égalité des chances», s'est félicité Chris Nikou, président de la FFA. Cet accord a évidemment réjoui les joueuses australiennes. Pour la milieu de terrain des Matildas Elise Kellond-Knight, il témoigne d'un «respect» envers les femmes : «En tant que footballeuse, c'est un peu ce dont nous avons toujours rêvé», a-t-elle déclaré.

L'Australie s'est imposée comme une championne de l'égalité des sexes dans le domaine sportif. Dans le milieu du football, un accord a été signé il y a quelques mois, prévoyant que les footballeuses professionnelles australiennes reçoivent le même salaire minimum que leurs homologues masculins. Par ailleurs, les joueuses de netball (dérivé du basket-ball) et de cricket ont obtenu de meilleurs salaires au cours des dernières années.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles