Mike Horn secouru après une expédition infernale en Arctique

Mike Horn a finalement été sauvé, dans la nuit du 7 décembre. L'aventurier et son acolyte Borge Ousland ont pu rejoindre le bateau de secours Lance. C'est la fin d'une aventure hors normes dans la banquise de l'Arctique.

Deux explorateurs aguerris

Mike Horn et Borge Ousland n'en étaient pas à leur premier défi. Le premier, Suisse d'origine sud-africaine, a entamé sa carrière d'aventurier en 1991 en explorant les Andes préuviennes en raft et parapente. Il enchaîne ensuite les exploits, réalisant sa première grande expédition en 1997. Il atteint le sommet du mont Mismi, au Pérou, à 5800 mètres d'altitude. Là, se trouve la source du fleuve Amazone. Il descend en hydrospeed tout le fleuve, jusqu'à atteindre la mer. Un voyage de 6700 km.  Parmi ses autres faits d'armes, on citera le tour du monde en suivant l'Equateur, sans moyen de transport motorisé (40.000 km de juin 1999 à octobre 2000) ou encore le tour du monde par le cercle polaire (2002).

Le Norvégien Borge Ousland a réalisé en 1990 le premier trek sans ravitaillement depuis le Canada jusqu'au pôle Nord, et achevé en 1997 la première traversée de l'Antarctique en solitaire et sans assistance. Il a également, entre autres, gravi le Cho Oyu (8201 m), en 1999.

Un défi global

Cette traversée de l'océan Arctique s'inscrit dans le projet «Pole2Pole», dont l'objectif est de faire le tour de la planète par les deux pôles. Une aventure lancée le 8 mai 2016 à Monaco, lorsque le Pangeae avait mis le cap sur le pôle Sud, achevant la traversée de l'Antarctiue en février 2017. Avec cette aventure, Mike Horn souhaitait « explorer la culture et la nature des régions éloignées, en partageant ses expériences et ses découvertes avec le grand public ».

Partis de Nome, en Alaska, le 25 août dernier à bord du navire Pangaea, Mike Horn et son acolyte Borge Ousland se sont donnés pour objectif de traverser l'océan Arctique. Les deux hommes ont atteint la mer de glace le 12 septembre, et se déplacent depuis à skis de randonnée, tirant derrière eux des traîneaux sur lesquels sont stockés leurs vivres.

DES ACCIDENTS DE PARCOURS

En début de semaine, Mike Horn est tombé dans l'eau glacée, après que la glace a cédé sous son poids. Une mésaventure attribuée au réchauffement climatique. L'aventurier s'en est sorti avec une belle frayeur et a commencé un moment à perdre la sensation des ses extrêmités, en partie gelées. Un accident qui a poussé l'équipe à envisager un moment un plan de secours, option rapidement abandonnée. 

Mais la situation était à nouveau compliquée ce mardi, après que le traîneau de Borge Ousland a rendu l'âme. «Après quatre-vingt jours passés sur la glace, quelque chose à laquelle nous n'étions pas préparés est arrivée. Le traîneau de Børge Ousland a craqué... Toute la partie avant est arrachée», a expliqué Mike Horn sur Instagram. «J'imagine qu'avec une sollicitation constante, le poids de notre équipement et le froid extrême, cela devait arriver à un moment ou à un autre. Mais pourquoi maintenant alors que c'était la dernière chose dont nous avions besoin ?».

Des renforts en route

Une équipe de cinq personnes, dont le journaliste Hugo Clément et l'une des filles de Mike Horn, les suit à distance à bord du Pangaea prête à leur porter secours ou à leur fournir de la nourriture s'ils venaient à en manquer. Une tempête les empêche pour le moment de monter plus au nord, mais les prévisions météo indiquent que la situation devrait se calmer d'ici vendredi. 

La meilleure nouvelle reste cependant que deux autres aventuriers, qui font partie de l'équipage d'un brise-glace, se rapprochent de plus en plus des deux hommes. La jonction entre les deux groupes devraient s'opérer vendredi soir. Une fois réuni, le groupe s'entraidera pour retourner vers le brise-glace, mettant définitivement fin à tout risque dans cette expédition malheureuse. 

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Update : les deux explorateurs partis à ski sur la banquise ne sont plus qu’à 3 kilomètres de @mikehornexplorer et @borgeousland. Ils n’arrivent pas à les rejoindre pour le moment, car une étendue d’eau libre les sépare. Une situation anormale à 82 degrés nord à cette période de l’année. La glace devrait être plus solide. Pendant ce temps, le Lance (en photo) poursuit sa progression vers le nord dans une veine d’eau libre à travers la banquise. Il n’est plus qu’à 35 kilomètres de Mike et Børge qui, eux, vont tenter de traverser l’étendue d’eau pour retrouver les deux skieurs dans les prochaines heures. Ils feront ensuite route tous les 4 vers le brise glace. De notre côté, la tempête étant passée, on va bientôt pouvoir prendre la mer avec le Pangaea et l’équipe de Mike pour les rejoindre. Le dénouement est proche ! 🤞📸 Jørgen Braastad/vgnett

Une publication partagée par Hugo Clément (@hugoclementk) le

Ce samedi 7 décembre à minuit, Mike Horn et son compagnon de périple ont pu monter à bord du bateau de secours Lance. «Il est temps pour nos deux héros de profiter d'un repos bien mérité et se remettre de l'incroyable exploit qu'ils viennent d'accomplir» indique le compte Instagram de l'explorateur.

À suivre aussi

People Hugo Clément accompagne l'équipe de sauvetage de Mike Horn en Arctique
«Les Indes fourbes» est la BD évènement de la rentrée
BD Alain Ayroles à propos des «Indes fourbes» : «j’avais imaginé un Don Quichotte avec un poncho»
«Le dernier pharaon» paraîtra le 29 mai 2019 aux éditions Blake et Mortimer
BD Nouveau «Blake et Mortimer» : ces auteurs qui ont repris la série depuis la mort d'Edgar P. Jacobs

Ailleurs sur le web

Derniers articles