Smartphones 2019 : l’adieu aux écrans à encoches ?

Le constructeur Royole a présenté ses écrans flexibles au CES de janvier. [R.Beck/AFP]

Elle était sur pratiquement tous les écrans des mobiles commercialisés en 2018 et contribuait à un certain uniformisme des appareils : l'encoche, introduite par l'iPhone X, devrait toutefois vivre ses dernières heures en 2019.

L'arrivée ce 22 janvier du Honor View 20, premier smartphone à écran «poinçonné» en Europe, du Xiaomi Mi Mix 3 mi-janvier, avec son écran intégral coulissant, ainsi que les projets de mobiles à écrans pliables chez Samsung, Huawei, Royole et Motorola, devraient enfin offrir du sang neuf dans un marché saturé, où la plupart des constructeurs se copient entre eux. Ces trois nouvelles technologies devraient ainsi devenir plus populaires cette année, avec des designs totalement repensés. Tandis qu'Apple pourrait présenter en fin d'année, un modèle d'iPhone dont l'encoche serait encore plus discrète, selon les premières rumeurs.

L'écran «poinçonné»

honor-view-20-3.jpg

© Honor

Honor, filiale de Huawei, a dévoilé son modèle View 20, avec une surface d'affichage utile de 95 %, contre une moyenne de 83 % pour les écrans à encoche de type iPhone Xs. Le constructeur a déporté ici la caméra frontale de 25 Mpixels sur le côté gauche de son écran. Celui-ci est inclus dans un petit trou circulaire de 4,5 mm de diagonale. Appelée «All view display» par Honor, cette technologie devrait aussi être adoptée par d'autres concurrents dans les prochains mois.

Plusieurs rumeurs font état de projets similaires chez Samsung et Huawei, pour le lancement de leurs prochains flagships respectifs, le Galaxy S10 et le P30, prévus pour les prochains mois. Un parti-pris intéressant qui se trouve pour l'heure limité par les applications, dont l'affichage n'intègre pas encore le placement de ce petit trou. Un problème qui devrait trouver rapidement sa solution par le biais d'une mise à jour.

L'écran coulissant

xiaomi_mi_mix_3_1.jpg

© n.cailleaud/CNEWS

De son côté Xiaomi (qui vient d'ouvrir sa boutique sur les Champs-Elysées) mise sur une autre solution intéressante : l'écran total doté d'un équipement photo coulissant. Très réussi esthétiquement, le modèle Mi MIX 3 introduit ce choix, offrant un écran doté d'une surface d'affichage utile presque totale. Il suffit de pousser sa coque arrière et de la faire coulisser avec son écran d'un simple geste pour faire apparaître l'appareil à selfie de 24 Mpixels (voir photo ci-dessous).

Une option intelligente qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler certains vieux téléphones à clapet. Le constructeur Oppo avait également opter pour cette fonction pour son modèle Find X (sorti en fin d'année dernière), en l'automatisant par le biais d'un petit moteur intégré à sa coque.

xiaomi_mi_mix_3_2.jpg

© n.cailleaud/CNEWS

Les écrans pliables

samsung_inifinite_flex_1.jpg

© Samsung

L'année 2019 marquera également la concrétisation de projets en chantier depuis plus de cinq années autour des écrans flexibles. Transformer son smartphone en tablette d'un simple geste sera une réalité. Si le chinois Royole en a fait la démonstration lors du CES de Las Vegas début janvier, avec un modèle au design contestable, Samsung s'apprête à lui emboîter le pas, tandis que Huawei et Motorola sont aussi officiellement dans les rangs pour exploiter cette innovation.

Le Mobile World Congress, qui se déroulera fin février à Barcelone, devrait témoigner des efforts réalisés autour de ces écrans. Ces derniers pourraient doubler la surface d'affichage d'un smartphone classique, pour apprécier un film partout, par exemple, ou permettre à des professionnels de montrer directement graphiques et documents à leurs collaborateurs, à une échelle plus lisible. Reste que les modèles 2019 d'écrans pliables auront un coût qui ne les reservent pas encore au grand public. Selon certaines informations avancées par le Wall Street Journal, le Galaxy Fold de Samsung pourrait être vendu entre 1.500 et 2.000 euros.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles