Tout savoir sur Nicolas Mathieu, lauréat du prix Goncourt 2018

Nicolas Mathieu en septembre 2018. [JOEL SAGET / AFP]

Nicolas Mathieu, peu connu du grand public jusqu'alors, vient de recevoir le prix Goncourt pour son ouvrage «Leurs enfants après eux». Voici ce qu'il faut savoir sur ce jeune écrivain. 

A 40 ans, ce vosgien, né à Epinal en 1978, partage aujourd’hui son temps entre écriture et salariat. Mais il devrait voir sa vie changer. Sur le site de son éditeur Actes Sud, il explique être « né dans un monde qu’il a voulu fuir à tous prix, le monde des fêtes foraines et du Picon, de Johnny Hallyday et des pavillons, le monde des gagne-petit, des hommes crevés au turbin et des amoureuses fanées à 25 ans ». Un monde qu'il dépeint dans son deuxième roman fraîchement primé, «Les enfants après eux».

« L’adolescence c’est le moment où notre économie amoureuse se construit, là où le désir atteint son point culminant. Et j'avais envie de parler de ces intensités. C’est un livre qui s'inscrit dans la tradition du roman d'apprentissage, sur le devenir adulte et ses désillusions, et qui a du caractère politique. Il parle de la fin du monde industrielle et je suis heureux que cette fresque et la vie de cette vallée en Lorraine, séduise et puisse rencontrer beaucoup de lecteurs », se réjouit l'auteur.

Après des études d’histoire et de cinéma, et un premier ouvrage écrit à 20 ans qu’il ne publie pas, il pose ses valises à Paris et multiplie les activités. Il est notamment journaliste-rédacteur pour un site d’information en ligne. Oscillant entre écriture et petits boulots, il travaille également dans une agence de reporting et comme greffier pour des comités d’entreprises. Une mission qu'il effectue en pleine crise des subprimes. Alors qu'il rend compte de ces réunions opposant direction et personnels, qu'il est au plus près de cette crise, l'idée germe d'en faire un roman noir.  

« A 30 ans passés, je donnais encore des cours pour Acadomia. J’ai aussi travaillé à la mairie de Paris, fait quelques piges, écris des scénarios qui n’ont jamais aboutis, et j'ai fait aussi beaucoup de reporting, des procès-verbaux de réunions. Et aujourd’hui, je travaille pour l’organisme qui s’occupe de la surveillance de la qualité de l’air, ATMO Grand Est. », précise-t-il.

Son premier roman adapté en mini-série 

Il attendra l’année 2014, pour publier cet ouvrage intitulé « Aux animaux la guerre », aux éditions Actes Sud. Ce premier roman reçoit plusieurs récompenses dont le Prix Erckmann-Chatrian, décrit comme «Le Goncourt lorrain» (2014) et le Prix mystère de la critique, l'année suivante. Ce livre noir ancré dans sa région natale dépeint la misère sociale et la violence qui peut en découler. Il est adapté par Alain Tasma en mini-série, avec Roschdy Zem et Olivia Bonamy. La diffusion des premiers épisodes aura lieu le 15 novembre prochain, sur France 3. 

« Dans mon précèdent roman, « Aux animaux la guerre », il y a également des personnages adolescents. Et à la fin du roman, je sentais que je n’en avais pas fini avec eux, ni avec ma propre adolescence. Par d’autres moyens, j’ai donc poursuivi ces personnages dans mon deuxième roman, Leurs enfant après eux », ajoute-t-il.

Outre ses deux romans, il est également l’auteur, en 2015, de la nouvelle « Paris-Colmar », éditée par le Monde, dans le cadre de la collection Les petits Polars du Monde.

Mais comme le rappelle Nicolas Mathieu : « Le prix Goncourt n’est pas la fin de quelque chose, ni le sommet de la montagne. Tout reste encore à faire et rien n’est fini ».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles