Paris : le «prédateur» de la ligne 5 condamné à un an de prison ferme

L'homme agissait sur la ligne 5, entre République et Gare de l'Est. L'homme agissait sur la ligne 5, entre République et Gare de l'Est. [© PATRICK KOVARIK / AFP]

Il agissait aux heures de pointe. Un homme de 40 ans, accusé de quatre agressions sexuelles dans le métro parisien, a été condamné ce lundi.

Jugé devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir ciblé une femme d'une trentaine d'années et trois adolescentes âgées de 12 à 14 ans, il a écopé de deux ans de prison, dont un ferme. Il a également l'obligation de suivre des soins, et s'est vu interdire l'accès au métro.

Ce cuisinier bangladais, décrit comme un «frotteur récidiviste», agissait toujours selon le même mode opératoire. Usager de la ligne 5 pour se rendre sur son lieu de travail, il profitait de la forte affluence dans les transports en commun pour toucher et caresser ses cibles, entre les stations République et Gare de l’Est.

Et ce sont justement ses habitudes inchangées qui ont permis aux autorités de le confondre, après que sa dernière victime a donné sa description à la police début janvier. Un lien a alors été fait avec plusieurs agressions similaires survenues depuis le mois de juin dernier.

Repéré grâce à la vidéo-surveillance, il a été arrêté, mis en examen et écroué, après avoué son comportement. Une affaire qui fait écho à la hausse des agressions dans le métro, dans un contexte de libération de la parole des victimes.

En effet, entre 2016 et 2017, les appels au numéro d’urgence 3117 (appel) et 31117 (SMS) ont notamment augmenté de 120 % pour des «atteintes à caractère sexuel». Neuf femmes sur dix ont déjà subi des faits de harcèlement dans les transports, voire d’agression, selon les derniers chiffres disponibles.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles