En Inde, la concurrence entre humains et animaux fait des morts chaque jour

Tigre Un tigre photographié près de Chandigarh, au nord de l'Inde[SHAMMI MEHRA / AFP]

Ces dernières décennies, l'Inde a perdu de vastes espaces forestiers au profit de l'urbanisation, contraignant la faune à habiter dans des zones occupées par les humains. Une situation qui crée une réelle concurrence pour l'habitat entre humains et animaux.

Au dernier recensement officiel (établi en 2014), l'Inde abritait près de 30.000 éléphants, ainsi que la moitié de la population mondiale des tigres, soit 2.226 individus. 

Tigres et éléphants tuent une personne par jour

Mais l'harmonie entre les humains et leur faune semble battre de l'aile dans le pays. D'après le ministère de l'Environnement, éléphants et tigres (deux espèces en danger) sont responsables de la mort de 1.144 personnes en 1.143 jours, entre avril 2014 et mai 2017.

Pour Siddhanta Das, directeur général des forêts au ministère, c'est l'empiètement humain sur l'habitat de la faune qui est à l'origine de ces décès. «Nous sommes en train de mener une campagne de sensibilisation pour limiter le nombre de victimes», a-t-il dit à l 'AFP.

Un quart des victimes sont tuées au Bengale occidental

Pour l’heure, la région du Bengale occidental est le premier coupe-gorge du genre pour les humains. Près d’un quart des victimes ont été tuées dans cet Etat de l’est de l’Inde, où vivent 800 éléphants ainsi que les fameux tigres du Bengale.

Ainsi, plusieurs événements tragiques ont eu lieu dans cette région. L’an dernier par exemple, un troupeau d’éléphants s’y était déchaîné pendant plusieurs heures, tuant cinq personnes avant d’être neutralisés par des flèches tranquillisantes.

Un manque de respect envers les animaux

Mais les humains sont loin d’être les seules victimes de cette cohabitation non souhaitée par les animaux. Il faut savoir que la plupart des attaques de ce type surviennent dans les «corridors des éléphants», des passages utilisés par ces animaux depuis des siècles, mais que les humains considèrent désormais à eux.  

Ensuite, sur les 1.143 jours de la période avril 2014 – mai 2017, ce sont 345 tigres et 84 éléphants qui ont été abattus, la plupart par des braconniers. «L'abattage sauvage de la faune se poursuit en Inde. Des centaines de léopards, de tigres et d'éléphants sont tués pour leurs organes», a dit à l'AFP Tito Joseph, de la Société indienne de protection de la faune sauvage.

Bien qu’on ignore le nombre d’humains tués par des léopards (ils seraient des centaines chaque année), ce félin aussi est concerné par cette nouvelle concurrence pour son habitat. Entre 12.000 et 14.000 individus de cette espèce vivent à l’état sauvage en Inde, selon un recensement de 2015. Mais plus de 1.436 d’entre eux ont été tués depuis janvier 2014. En moyenne, un léopard meurt chaque jour de la main humaine. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles