Tout savoir sur les Toronto Raptors, qui affrontent les Golden State Warriors en finale NBA

Kawhi Leonard et les Raptors après avoir gagné la finale de la conférence Est. Kawhi Leonard et les Raptors après avoir gagné la finale de la conférence Est.[CLAUS ANDERSEN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Ils sont la sensation du moment aux États-Unis. Les Toronto Raptors ont obtenu leur billet pour la finale NBA face aux Golden State Warriors en éliminant successivement Orlando, Philadelphie et le favori de l'Est : Milwaukee. Un moment historique pour cette franchise, la seule en territoire canadien.

Première finale pour un jeune club

En mai 1994, la NBA accueille une nouvelle franchise, la première au Canada presque 50 ans après la disparition des Huskies de Toronto : les Raptors. Si le pays n'est pas connu pour être une vraie terre de basket à cette période, l'engouement pour le club est réel. Quatre ans plus tard, le projet prend un tournant lorsque Toronto fait signer un jeune joueur, qui marque à jamais le club de son empreinte : Vince Carter. Considéré comme l'un des meilleurs dunkers de l'histoire, il passe sept saisons au Canada, sans réussir à leur offrir de bagues de champion, ni même une finale de conférence, mais en mettant le club définitivement sur la carte. 

Ils ont échangé leur meilleur joueur cet été 

Meilleure franchise de la conférence Est en 2017-2018, les fans des Raptors se disent que cette année, c'est possible. Ils peuvent enfin espérer une finale de conférence, une finale NBA et qui sait ? Sauf que rien ne se passe comme prévu. Dès les demi-finales, la franchise sombre face aux Cavaliers de LeBron James. Quatre matchs, quatre défaites, et un retour à la maison difficile à vivre. Pour éviter que cela ne se reproduise, la direction décide de changer drastiquement les choses. Au début de l'été, la nouvelle tombe : le meilleur joueur de Toronto, DeMar DeRozan est échangé contre un joueur au talent immense mais à la réputation ombrageuse, Kawhi Leonard. Tous les médias l'assurent, ce dernier ne veut pas jouer à Toronto. Mais qu'il le veuille ou non, il débarque au Canada, s'impose en tant que franchise player, et porte l'équipe jusqu'en finale NBA dès sa première saison. C'est ce qu'on appelle avoir du nez. 

DRAKE COMME SUPPORTER NUMÉRO 1

Souvent, les stars aiment s'afficher dans les tribunes de la NBA pour regarder les matchs. Récemment, c'est d'ailleurs l'une des actrices phares de Game of Thrones, Emilia Clark, qui a marqué les esprits. Mais Drake ne vient pas voir les matchs comme un simple spectateur à Toronto. Le rappeur canadien est un fan absolu de la franchise. Présent dès qu'il le peut, il n'hésite pas à chambrer les adversaires, à crier, voire à parler avec les arbitres. Une attitude qui ne plaît pas à tout le monde outre-Atlantique. De quoi déranger Golden State pendant la finale ? Surement pas selon Draymond Green, l'une des stars de la franchise : «Drake ne sait pas tirer ou passer. Vous l'avez déjà vu jouer au basket ? J'ai vu quelques vidéos, et ce n'est pas incroyable. Donc je m'en fous». 

La risée de la NBA 

Suite à la déroute de Toronto en playoffs en 2018, ou face à Washington en 2015, la franchise est régulièrement moquée en raison de sa propension à disparaître face aux enjeux. De nombreux montages photos ou vidéos sont régulièrement réalisés sur les réseaux sociaux. Nul doute que la performance de cette année devrait, momentanément, permettre aux Raptors de souffler un peu de ce côté-là. 

Quand tu pense que tu vas enfin battre LeBron... Et quand il te rappelle qu'il est le King... Une nouvelle fois.

LeBron James, roi du nord.

À chaque fois.

À suivre aussi

Basket NBA CORNER : Avec Thomas Berjoan et le Psy Trashtalk pour parler de l'actualité NBA, de Tony Parker, et de joueurs complètement inconnus (ou presque)
Quelle heure quelle chaîne NBA Sundays : Sacramento Kings-Boston Celtics, à quelle heure et sur quelle chaîne ?
Quelle heure quelle chaîne NBA Saturdays : Chicago Bulls-Brooklyn Nets, à quelle heure et sur quelle chaîne ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles