Football : Romelu Lukaku victime de cris racistes à Cagliari

Romelu Lukaku a été victime de cris de singe au moment où il s'apprêtait à tirer un penalty. Romelu Lukaku a été victime de cris de singe au moment où il s'apprêtait à tirer un penalty.[Miguel MEDINA / AFP]

L'attaquant belge de l'Inter Milan Romelu Lukaku a été la cible de cris racistes ce dimanche 1er septembre, lors du match de son équipe à Cagliari, en Sardaigne, comptant pour la 2e journée de Serie A.

Au moment où l'ancien joueur de Manchester United s'apprêtait à tirer un penalty, des «cris de singe», parfaitement audibles à la télévision, ont retenti, provenant de la tribune des supporters sardes derrière les buts.

Romelu Lukaku a transformé son penalty, donnant l'avantage à son équipe (2-1) et marquant à cette occasion son deuxième but en deux matchs.

Alors que les cris racistes ont continué encore quelques secondes, le buteur a jeté un regard furieux en direction de la tribune, avant d'être entouré par ses équipiers, venus le féliciter. Son coéquipier Milan Skriniar s'est alors tourné vers les spectateurs quelques secondes, avec le doigt sur la bouche, leur faisant signe de se taire.

Le match a repris normalement et n'a pas été arrêté par l'arbitre. Il s'est conclu par la victoire de l'Inter Milan (2-1).

Un mal qui gangrène le football italien

Ce n'est malheureusement pas la première fois que les supporters de Cagliari se sont remarquer pour de tels agissements. En avril dernier, l'attaquant italien Moise Kean, alors à la Juventus Turin, avait déjà été victime de cris racistes après un but inscrit dans le même stade.

Lors du même match, le Français Blaise Matuidi et le Brésilien Alex Sandro avaient également été la cible de ces cris, ce qui avait poussé l'arbitre à interrompre le match quelques secondes. La Ligue de football italienne avait décidé de ne pas sanctionner le club sarde. Dans le même stade, l’Italien Mario Balotelli du Milan AC, le Camerounais Samuel Eto’o de l’Inter Milan ou le Ghanéen Sulley Muntari de Pescara avaient également subi le même traitement par le passé.

Un problème de racisme qui touche le football italien en général, comme en témoignent les nombreuses affaires ayant entaché des rencontres de Serie A ces derniers mois. Blaise Matuidi avait déjà été victime de cris racistes en janvier 2018, lors d'un match contre le Hellas Vérone, tout comme le défenseur de Naples Kalidou Koulibaly lors d'un match face à l'Inter Milan, à San Siro, en décembre 2018. Le Français Tiémoué Bakayoko, alors au Milan AC, avait lui été visé par un chant raciste («Cette banane est pour Bakayoko») en avril dernier à Rome, pendant un match contre la Lazio.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles