Elections européennes : mode d'emploi

En mai prochain, les citoyens de l'UE seront appelés aux urnes pour élire les députés qui siégeront au Parlement européen. Mode de scrutin, nombre d'eurodéputés... Voici tout ce qu'il faut savoir sur ces élections.

Quand ont lieu les élections européennes ?

En France, le scrutin aura lieu le 26 mai. Les 45,5 millions d'électeurs français seront parmi les derniers en Europe à s'exprimer, puisque le vote s'étalera du 23 au 26 mai dans les différents pays de l'UE.

Qui élit-on ?

A l'issue du scrutin, 705 députés européens seront élus. C'est moins que lors des précédentes élections, en 2014, lors desquelles 751 eurodéputés avaient été choisis. Cette réduction des sièges à pourvoir s'explique par le Brexit, qui sera effectif le 29 mars prochain.

En effet, les élus européens ont décidé de garder en réserve 46 des 73 sièges du Royaume-Uni libérés après la sortie du pays de l'UE, afin de faire de la place à de nouveaux Etats qui pourraient rejoindre l'Union dans le futur. Cinq pays sont officiellement candidats : le Monténégro, la Serbie, la Turquie, l'Albanie et la Macédoine.

Quant aux 27 autres sièges, ils ont été alloués à 14 Etats membres, qui ont été jugés sous-représentés démographiquement. C'est le cas notamment de la France, qui aura droit cette année à 79 députés, contre 74 en 2014. L'Espagne en aura aussi cinq de plus, l'Italie et les Pays-Bas trois, l'Irlande deux.

Quel est le mode de scrutin ?

Depuis 1979, les députés européens sont élus tous les cinq ans au suffrage universel direct. Les électeurs votent non pas pour une seule personne, mais pour une liste de candidats déposée par un parti de leur pays, menée par une tête d'affiche. Pas de listes transnationales donc, cette proposition d'Emmanuel Macron ayant été rejetée par le Parlement en février 2018. Le scrutin est à un seul tour et à la proportionnelle. Cela signifie que les partis ayant obtenu au moins 5 % des suffrages bénéficient d’un nombre de sièges proportionnel à leur nombre de voix.

En France, un changement majeur est à noter pour ces élections par rapports aux précédentes. Les électeurs français voteront pour des listes nationales, et non plus régionales. Depuis 2004, c'était en effet un mode de scrutin avec huit circonscriptions régionales qui prévalait. La loi du 25 juin 2018 a rétabli une circonscription électorale unique, afin de donner plus de lisibilité à un scrutin dont l'abstention s'est élevée dans l'Hexagone à 57 % en 2014. La France revient ainsi à un système en vigueur dans 23 des 27 pays de l'Union, seules la Belgique, l'Irlande, l'Italie et la Pologne étant encore divisées en plusieurs circonscriptions.

Qui peut voter ?

Peuvent voter lors de ces élections les Français âgés d'au moins 18 ans et inscrits sur les listes électorales. Le vote est également ouvert aux citoyens de l'UE résidant en France depuis au moins six mois et inscrits sur les listes complémentaires.

Qui peut se présenter ?

Tout citoyen français peut être candidat aux élections européennes, mais également les ressortissants d'un Etat membre de l'UE, âgé de 18 ans et plus, résidant en France depuis au moins six mois. Ces derniers doivent aussi être éligibles dans leur pays d’origine et ne pas y exercer certains mandats ou fonctions. Les candidatures doivent être déposées entre le lundi 21 avril et le vendredi 2 mai.

Nouveauté cette année en France, la loi interdit pour la première fois le cumul d'un mandat d'eurodéputé avec une fonction exécutive locale (maire, président de département ou de région). Un député européen peut en revanche conserver un mandat local (conseiller municipal, départemental ou régional).

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles