Etats-Unis : la police du Tennessee demande de ne pas jeter de la drogue dans les toilettes, sous peine de créer des «meth-gators»

La drogue jetée dans les toilettes se retrouve dans les égouts, et pourrait arriver jusqu'aux alligators du nord de l'Alabama. La drogue jetée dans les toilettes se retrouve dans les égouts, et pourrait arriver jusqu'aux alligators du nord de l'Alabama. [Chris Graythen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Aux Etats-Unis, la police du Tennessee a demandé, samedi 13 juillet, à ses habitants, d'arrêter de jeter de la drogue dans les toilettes, de peur que cela crée des «meth-gators», c'est-à-dire des alligators sous méthamphétamine.

Le département de police de Loretto a posté ce message sur Facebook, après avoir pris sur le fait un dealer de drogue présumé en train d'essayer de jeter dans ses toilettes de la méthamphétamine et plusieurs accessoires de toxicomanes.

Les forces de l'ordre craignent l'impact de tels gestes sur les animaux sauvages. En effet, les drogues jetées dans les cabinets se retrouvent dans les égouts et terminent dans des bassins de traitement, que fréquentent «des canards, des oies et d'autres oiseaux», selon la police. «Si les drogues allaient encore plus loin, cela pourrait créer des 'meth-gators' à Shoal Creek et dans la rivière Tennessee, dans le nord de l'Alabama», a ajouté la police dans son message.

Un avertissement qui entre en résonance avec une découverte de policiers dans l'Alabama en juin dernier. Lors de la perquisition d'un appartement, ils ont trouvé un écureuil dans une cage, qui selon eux avait été drogué par son propriétaire à la méthamphétamine pour le rendre plus agressif. Ils n'ont cependant pas pu pratiquer de tests pour vérifier leurs allégations.

Des effets potentiellement nocifs

Les effets de la méthamphétamine sur les alligators ne sont pas connus, mais, d'après des expériences réalisées sur d'autres animaux, ils pourraient être extrêmement néfastes. Par exemple, en Australie a été découvert, il y a quelques années, un python qui avait absorbé de la méthamphétamine par la peau dans un laboratoire. A cause de son addiction, celui-ci se comportait de façon plus aggressive, confuse et erratique.

En janvier, une étude du King's College de Londres a révélé que les anguilles dans la Tamise souffraient d'«hyperactivité» à cause de la forte concentration de cocaïne dans l'eau. Enfin, selon une autre étude datant d'octobre 2014, les drogues déversées dans l'environnement via les égouts pourraient être l'une des causes du déclin de la faune mondiale.

À suivre aussi

Paris : vers l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques ?
Spectacle Vers l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques à Paris
Chine : un détective privé pour retrouver... les animaux perdus
Insolite Chine : un détective privé pour retrouver... les animaux perdus
Animaux Normandie : des vaches perdues sur les rails percutées par un train

Ailleurs sur le web

Derniers articles