Mondial de basket : les favoris et les outsiders

La France de Rudy Gobert et Nicolas Batum devrait bien figurer dans cette compétition La France de Rudy Gobert et Nicolas Batum devrait bien figurer dans cette compétition[Nolwenn Le Gouic/Icon Sport]

Il s'agira peut-être du mondial de basket le plus ouvert depuis des années. Moins de stars que prévu feront le déplacement en Chine du 31 août au 15 septembre, quand des équipes d'outsiders annoncent leurs ambitions sans trembler. Après une saison NBA d'anthologie, la coupe du Monde pourrait bien tenir le rythme.

Les États-Unis

Rarement l'équipe américaine n'aura été si dépeuplée. Curry, James, Davis, Harden, Irving... Aucune immense star ne fera le déplacement en Asie pour remporter un or qui leur est pourtant souvent promis. Pour eux, la préparation de la saison 2019-2020 en NBA semble plus importante. Gregg Popovich, le coach de la Team USA, devrait donc prendre avec lui une brochette de jeunes très talentueux et quelques valeurs sûres pour remporter le titre. Mais à part Kemba Walker et Khris Middleton, aucun autre All Star ne devrait rejoindre les rangs pour défendre le titre (Kyle Lowry ayant finalement été contraint de déclarer forfait sur blessure), remporté lors des deux éditions précédentes. À noter cependant la présence de jeunes comme Donovan Mitchell, Jayson Tatum ou Kyle Kuzma, qui devraient tous faire des étincelles. Même affaiblie, l'équipe reste la grande favorite du tournoi. 

La Serbie

Selon les observateurs, s'il y a une équipe pour contrer les États-Unis, il s'agira de la Serbie. Avec leur superstar Nikola Jokic en tête d'affiche, l'équipe à tout d'un cador. Mais le pivot des Denver Nuggets ne sera pas tout seul. À ses côtés, Bogdan Bogdanovic, ou encore l'immense Boban Marjanovic (2m21), deux très bons joueurs qui évoluent dans la ligue américaine. Côté négatif cependant, le forfait de Milos Teodosic, un vétéran cadre de la sélection qui a déjà fait son apparition deux fois dans l'équipe-type de la Coupe du monde (en 2010 et 2014). Une vraie perte pour le 5 serbe. 

L'Espagne

Toujours présente dans les rendez-vous internationaux, l'Espagne est l'une des équipes les plus expérimentées du tournoi. Bête noire de l'Équipe de France depuis plus d'une décennie, elle a remporté 3 championnats d'Europe sur les 5 dernières éditions. Avec une floppée de joueurs NBA très importants comme Marc Gasol, Ricky Rubio ou encore Willy Hernangomez, les absences de Serge Ibaka et Nikola Mirotic ne semblent pas être une inquiétude outre mesure. Le parcours ne sera cependant pas facile car les Espagnols devraient rencontrer la Serbie dès le deuxième tour. 

La France 

Si cela ne fait pas tout, la France possède l'un des contingents de joueurs NBA les plus importants. Et pas des moindres, puisque le visage de cette équipe ne sera autre que le double meilleur défenseur de la ligue Rudy Gobert. À ses côtés, le Français sera aidé par Evan Fournier, Frank Ntilikina, Nicolas Batum ou encore Nando De Colo, auteur d'une saison héroïque avec le CSKA Moscou. Cependant, le tirage n'a pas été clément avec les Bleus, qui auront un parcours difficile pour arriver dans les matchs à élimination directe.

Leur poule les opposera à l'Allemagne (première de son groupe de qualification devant la Serbie, sans perdre un seul match), et la République Dominicaine de Karl-Anthony Towns, l'un des meilleurs joueurs du monde. Et si tout se passe bien dans ce premier tour, le second sera tout aussi difficile. Il s'agira d'une deuxième phase de poules, avec le Canada et l'Australie en très probables adversaires. Des équipes jeunes avec d'immenses talents comme Jamal Murray. Pas une partie de plaisir, mais les Bleus semblent prêts à en découdre, comme le prouve la récente photo de Rudy Gobert suivie du hastag #OnAMission (#EnMission en français). 

La Grèce 

Un seul joueur peut parfois porter une équipe vers les sommets. C'est la mission de Giannis Antetokounmpo avec la sélection grecque. Cette dernière n'est plus aussi performante que par le passé, lorsqu'elle avait remporté deux championnats d'Europe (1987 et 2005) et perdu une finale de coupe du Monde en 2006. Les coéquipiers du MVP de la saison 2018-2019 en NBA devront donc avoir un niveau de jeu important s'ils veulent réussir à aller loin dans cette compétition, d'autant qu'ils devraient rencontrer les États-Unis dès le deuxième tour. 

 

Les outsiders

En l'absence d'une Team USA au maximum de ses capacités, beaucoup d'équipes se sentent capables de renverser l'ordre établi. Et qui de mieux que le Canada pour y parvenir ? Après le titre de Toronto en NBA, le pays à la feuille d'érable va certainement se sentir pousser des ailes. D'autant plus qu'ils sont coachés par Nick Nurse, l'entraineur des Raptors. Pour faire bonne figure, ils possèdent une bonne dose de jeunes talents, comme indiqué plus haut. 

L'Australie pourrait également faire des dégâts face à certaines équipes. À noter que les Aussies affronteront le Canada dès le premier tour pour un duel d'outsiders des plus intéressants. 

La Lituanie, sans joueurs particulièrement clinquants, possède en revanche un effectif très homogène. Jonas Valanciunas, joueur de Memphis, devrait être l'un des joueurs au centre de cette équipe, vice-championne d'Europe en 2017.  

À suivre aussi

Rétrospective Les 10 événements sportifs qui ont marqué les années 2010
Basket Un basketteur français puni d'une amende en Chine pour irrespect du drapeau
Becky Hammon officie actuellement comme assistante de Gregg Popovich aux Spurs de San Antonio.
Basket Becky Hammon première femme à entraîner en NBA ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles