Samsung Galaxy S10 : notre prise en main des nouveaux smartphones 2019

La nouvelle famille sera commercialisée le 8 mars prochain. [© nicolas cailleaud/CNEWS]

Des écrans poinçonnés, un équipement photo qui voit triple, des capteurs d’empreintes à ultrasons… Voici les mobiles 2019 signés Samsung. Le géant sud-coréen vient de présenter ce mercredi 20 février sa nouvelle famille de smartphones haut de gamme.

Les Galaxy S10, S10+, S10+ Performance et S10e succèdent aux S9 et S9+, sortis l’an passé et affichent une nouvelle identité visuelle, avec des écrans XXL et… poinçonnés. Quatre modèles, dont les prix s’échelonnent entre 759 et 1.259 euros, afin de suivre les différents usages et équiper les habitués de la marque en fonction de leur portefeuille.

Nous avons pu les prendre en main en avant-première et découvrir les diverses innovations qui accompagnent la série S, dont Samsung fête les 10 ans cette année. Tous sont d’ores et déjà en précommande et seront lancés le 8 mars en France.

Un Galaxy S10e pour «l’entrée de gamme»

samsung_galaxy_s10e.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Dans la famille S10, voici le petit frère. Baptisée S10e et commercialisé à partir de 759 euros, il met en avant le nouveau look de la famille Galaxy S pour 2019. A l’instar du Honor View 20, lancé en janvier, le S10e arbore un écran total, recouvrant 93,1 % de la surface tactile de sa façade avant, toutefois ses 5,8 pouces sont mieux exploités que celui d’un iPhone Xs, puisqu’il fait fi de l’encoche du mobile d’Apple, pour y intégrer un minuscule trou, taillé au laser directement dans sa dalle. Celui-ci enferme son appareil photo à selfie, capable (pour la première fois) de filmer en 4K. En outre, Samsung lui adjoint, la technologie Dual Pixel qui assure un autofocus ultrarapide.

Il en résulte un affichage utile et tactile vraiment plus flatteur, avec un appareil très compact, légèrement plus petit qu’un iPhone Xs pour la même taille d’écran. Et les vidéos s’avèrent particulièrement mieux mises en valeur que sur un écran à encoche classique. Surtout, Samsung promet d’offrir une dalle compatible avec la norme HDR 10+, pour un affichage des couleurs plus fidèle à la réalité. Un plus que nous n’avons toutefois pas encore pu vérifier avec des vidéos compatibles. A noter, sur sa tranche droite, il reçoit un mini-capteur d’empreintes. Très discret pour déverrouiller son appareil.

samsung_galaxy_s10e-dos.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Côté équipement photo, Samsung mise sur un duo de capteurs complémentaires. Le premier est un appareil classique à 77° doté d’une ouverture focale f : 1.5, qui a déjà fait ses preuves pour la qualité de ses photos. Avec un traitement spécial pour les prises de vue en basse lumière, d’autant que celui-ci est épaulé cette année par un système logiciel qui assure un traitement de ce type de photo image par image, pour offrir un cliché très clair.

Enfin, le second capteur se positionne sur les photos de paysages et de groupe avec son ultra grand angle, capable de faire des clichés à 123 °, pratique pour embrasser une scène dans son ensemble.

Galaxy S10 : le témoin d’un savoir-faire

samsung_galaxy_s10_3.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Plus grand, avec ses 6,1 pouces, et mieux équipé, le Galaxy S10 s’affiche comme le nouveau maître étalon de Samsung. Si celui-ci présente de nombreuses similitudes esthétiques avec le S10e, il n’en demeure pas moins qu’il intègre des technologies encore jamais vues sur un mobile. Positionné à partir de 909 euros, il reprend une version plus large de cet écran poinçonné, avec la même caméra à selfie, et ajoute les bords incurvés des versions Edge de ses Galaxy S, afin de renforcer l’effet visuel d’un écran total. Il se distingue par une technologie intéressante et totalement invisible : un capteur d’empreintes ultrasonic.

samsung_galaxy_s10_2.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Situé sous l’écran, ce capteur (que le 10e ne propose pas) fonctionne différemment de ceux utilisés par Huawei et OnePlus sur leurs mobiles respectifs, le Mate 20 pro et le 6T. Alors que ces constructeurs chinois misent sur une microcaméra installée sous la dalle pour prendre une photo en 2D de l’empreinte, Samsung a fait le choix d’un système «plus sûr et plus réactif», selon lui. Ainsi, ce capteur émet des ultrasons afin de cartographier en 3D l’empreinte digitale, pour déverrouiller son écran. A l’essai, cette technologie s’avère effectivement plus rapide que sur les mobiles précités et permet de faire disparaître tout bouton physique lié à l’analyse d’empreinte. Un plus intéressant qui distingue Samsung de la concurrence.

Du côté des performances, le S10 intègre le même processeur Exynos 9820, présent pour toute la gamme d’ailleurs. A la différence du 10e, il passe de 6 à 8 Go de Ram et s’offre une batterie de 3.400 mAh. Pour un disque dur de départ de 128 Go. A noter qu’une version 512 Go sera proposée pour 1.159 euros. Enfin, le S10 intègre un système de recharge par induction inversée. Celui-ci peut donc non seulement être rechargé sans fil, mais peut réciproquement servir à recharger lui-même d'autres appareils compatibles avec la recharge par induction. Un très bon point, que l'on avait d'ailleurs déjà vu sur le Huawei Mate 20 Pro.

samsung_galaxy_s10_back.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Surtout, l’équipement photo évolue. Au double capteur de son petit frère, le S10 voit triple avec sa «Pro Grade Camera». Ainsi, en plus de l’ultragrand-angle et du capteur principal, un troisième est consacré au zoom optique 2x (45°). L’idée étant d’élargir ses compétences pour les amateurs d’image, et d’assurer un effet bokeh (flou d’arrière-plan) plus pertinent.

Le menu photo est ici simple et bien pensé, d’autant qu’il est possible d’être assisté par un peu d’intelligence artificielle dans sa quête du cliché parfait. Activable par un petit bouton en forme de galaxie, celle-ci peut reconnaître jusqu’à 30 scènes photo différentes (contre 20 sur le Note 9) afin d’optimiser couleurs, contrastes et rendus, tandis qu’une aide à la composition (règle des tiers…) est intégrée et prend automatiquement la photo, dès que le cadrage est optimal.

Un «plus» intéressant que l’on retrouve sur les modèles S10+ et S10+ Performance. Ajoutons à cela, un stabilisateur «Super Steady Video» et l’on obtient, un système caméra prêt à tourner, même en marchant. S’il conviendra de tester plus en profondeur un tel smartphone, nos premiers essais donnent le sentiment d’avoir en main le mobile le plus complet du marché, sur le haut de gamme.

Galaxy S10+ : le ténor de la gamme

samsung_galaxy_s10_4.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

La firme coréenne n’en reste pas moins attachée à relever un autre défi avec le S10+. Proposé à partir de 1.009 euros avec 128 Go de mémoire, celui-ci intègre l’ensemble des fonctionnalités du S10. Il s’en distingue par son écran géant de 6,4 pouces, aussi grand qu’un iPhone Xs Max ou qu’un Huawei Mate 20 Pro. Il pousse néanmoins l’expérience photo un peu plus loin, avec l’ajout d’un second capteur dans le poinçon de son écran XXL, pour offrir un effet bokeh plus performant et des selfies mieux définis. Sa batterie est également mieux pourvue, du fait de sa taille, avec 4.100 mAh.

Galaxy S10+ Performance : un grand frère musclé et cher

samsung_galaxy_s10_performance.jpg

© nicolas.cailleaud/CNEWS

Et pour battre Apple sur son propre terrain, occupé par son iPhone Xs Max, Samsung – toujours n°1 mondial- mise sur un 4e mobile avec le Galaxy S10+ Performance. Un modèle haut de gamme, avec une coque très résistante, tout en restant élégante, en céramique. La version 512 Go est proposée à 1.259 euros. Tandis qu’une version 1 To et 12 Go de Ram (du jamais vu), s’autorise à fleureter avec les 1.610 euros. Un tarif proche d’un iPhone Xs Max 512 Go à 1.659 euros.

Au final, cette nouvelle famille Galaxy S10 témoigne d’un savoir-faire maîtrisé de la part de Samsung, qui réalise ici une démonstration de force. En proposant non pas deux, mais quatre versions de son mobile star 2019, l’entreprise sud-coréenne s’attache à répondre coup pour coup à ses concurrents principaux : Huawei et Apple. Avec une fourchette de prix allant de 759 à 1.609 euros, Samsung mise sur le design, la puissance et la photo, et compte rester leader d’un marché qui attend du renouveau. Ceci, sans compter son ambition de lancer tout bientôt, un certain «Galaxy F» prêt à faire entrer les smartphones dans l’univers hybrides des écrans pliables.

A noter, pour toute précommande de ces mobiles, Samsung offrira ses nouveaux écouteurs sans fil Galaxy Buds, d’une valeur de 149 euros.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles