Hong Kong : un homme qui se disputait avec des manifestants transformé en torche humaine

La victime a des brûlures au second degré sur 28 % de son corps, principalement au niveau de la poitrine et des bras. La victime a des brûlures au second degré sur 28 % de son corps, principalement au niveau de la poitrine et des bras. [Capture décran Twitter / Daniel Dumbrill]

Une agression d'une rare violence. A Hong Kong, un homme, qui se disputait avec des manifestants pro-démocratie, a été aspergé d'un liquide inflammable et transformé en torche humaine ce lundi. Cette scène extrêmement choquante a été filmée et s'est rapidement propagée sur les réseaux sociaux.

Dans les vidéos de la scène postées sur les forums utilisés par les manifestants, on peut voir un homme en t-shirt vert, sur une passerelle. Il vient semble-t-il d'avoir été arrosé avec un liquide au niveau du visage et critique les sympathisants de la mouvance pro-démocratie. Quelqu'un est en train de l'essuyer. Tout en s'éloignant, l'homme crie : «Vous n'êtes pas Chinois.» La foule lui répond alors : «Nous sommes Hongkongais.» Puis il revient sur ses pas, après avoir entendu des insultes, raconte le South China Morning Post.

S'ensuite une courte dispute entre le petit groupe de manifestants et l'homme au t-shirt vert. Un homme masqué vêtu de noir s'approche alors et arrose la victime avec un liquide avant d'y mettre le feu à l'aide d'un briquet, semant la panique chez les personnes autour face à l'ampleur des flammes.

(Attention, la vidéo dans le tweet ci-dessous peut choquer)

«L'homme a été hospitalisé dans un état critique», a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole de la police John Tse. Selon le South China Morning Post, il a des brûlures au second degré sur 28 % de son corps, principalement au niveau de la poitrine et des bras.

L'homme «poursuivait les émeutiers»

La police a accusé un manifestant d'être responsable de cette attaque, les médias officiels chinois imputant de leur côté l'agression à des «émeutiers en noir». Selon les enquêteurs, l'homme en t-shirt vert «poursuivait les émeutiers», qui auraient peu avant cette agression mis à sac la gare de Ma On Shan, à une vingtaine de kilomètres du quartier financier de Central, selon John Tse. Les forces de l'ordre n'ont pour l'instant pas fait état d'arrestations.

De son côté, la cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a réagi peu après, qualifiant cet incident d' «acte inhumain». Elle a également appelé la société hongkongaise à condamner les violences de manifestants. Selon elle, ces derniers, qui critiquent le recours excessif à la force de la part de la police, sont désormais «l'ennemi du peuple de Hong Kong».

Ce lundi a été l'une des journées les plus violentes dans le territoire semi-autonome chinois depuis le début, il y a cinq mois, de la mobilisation pro-démocratie. Outre cette horrible agression, un policier a tiré à balle réelle et à bout portant sur un manifestant, qui se trouve dans un état critique.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles